[Tribune] Le collectif « La France aime sa police » appelle à un rassemblement

800px-Police_College_Rouen-Oissel_Bastille_Day_2013_Paris_t111757

Alors qu’avec le soutien de son mentor, Nicolas Sarkozy, le ministre de l’Intérieur semble avoir déjà lancé sa campagne pour l’élection présidentielle de 2027, les policiers placés sous son autorité vont effectuer leur rentrée sans avoir obtenu de réponses concrètes à leurs légitimes demandes. Bien sûr, il y a eu la mise en place de cette réforme anachronique de la départementalisation de la police nationale. Il y a eu, également, quelques avancées indiciaires et indemnitaires. Enfin, il y a quelques projets en cours, tel le lancement du recrutement de futurs « secrétaires de police », fonction judiciaire au rabais dont on sait d’ores et déjà qu’elle n’apportera rien de positif au fonctionnement des services de police judiciaire. Autant de gesticulations aussi inutiles et coûteuses qu’inefficaces.

En revanche, sur les questions de fond, celles auxquelles sont attachés les policiers de terrain, rien n’est en vue. Pas de réponse concrète sur la présomption de légitime défense qui reste un vrai sujet et qui mériterait, à tout le moins, un débat. Pas de propositions sur la protection fonctionnelle des policiers et de leurs familles. Notamment ceux qui se trouvent mis en cause par la Justice, voire placés en détention, à l’occasion de leurs missions. Pas de projet, non plus, sur l’élaboration d’un texte qui, sui generis, renforcerait la protection de la présomption d’innocence et qui éviterait ainsi que, même au sommet de l’État, on puisse dire tout et n’importe quoi sur une affaire judiciaire en cours.

Face à ces graves manquements d’un Gérald Darmanin visiblement plus préoccupé par la future course élyséenne que par ce qui touche au cœur même de sa mission de ministre de l’Intérieur, d’anciens policiers, tous grades et toutes origines confondus, ont décidé de sortir de leur retraite pour venir apporter leur soutien à leurs collègues actifs qui n’en peuvent plus.

Ainsi, après avoir créé le collectif « La France aime sa police », ces derniers appellent à un grand rassemblement parisien que se tiendra place de la République, le 30 septembre 2023, à 15 heures.

Conscients que la police nationale a besoin d’une vraie réforme en profondeur destinée à lui redonner sa place au cœur de la nation, les membres de ce collectif, ainsi que tous les Français qui voudront bien se joindre à ce rassemblement, auront par ce moyen l’occasion de dire :

- qu’ils apportent leur soutien à l’ensemble des forces de l’ordre, aujourd’hui injustement stigmatisées et vilipendées ;

- qu’ils exhortent le pouvoir en place à ne pas utiliser les forces de l’ordre sans discernement, mais à traiter par le dialogue et la concertation les graves difficultés sociales et sociétales que connaît notre pays ;

- qu’il est urgent de s’interroger, via des Assises nationales, sur la place que la police nationale doit aujourd’hui occuper au sein de la nation ;

- que face à l’explosion de la criminalité et de la violence, c’est toute une organisation des forces de l’ordre et une révision de leurs méthodes d’intervention qui doivent être reconsidérées ;

- qu’enfin, la protection des victimes doit désormais passer avant celle des délinquants, en établissant, notamment, une parité procédurale stricte.

Rendez-vous, donc, le 30 septembre prochain à Paris.

" Pour le collectif La France aime sa police"
Olivier DAMIEN

Olivier Damien
Olivier Damien
Conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté, Commissaire divisionnaire honoraire

Vos commentaires

16 commentaires

  1. J’entend aujourd’hui les syndicats mettent l’accent sur le effectifs , inutile d’être plus quand on est mal employé .

  2. Le jour ou nos policiers comprendront qu’ils ne sont que les larbins de nos incompétents de politiques il sera trop tard.
    L’argent ne règle pas tout et le jour ou notre pays sera saturée par la racaille je me demande se qu’adviendra de notre police.

  3. Ce n’est pas au citoyen que je suis de défendre voir soutenir la police, mais l’inverse. N’en déplaise à Monsieur le Conseiller, il n’est pas si lointain, où les mêmes policiers emm…daient sans retenu le paisible français qui avait oublié de signer son autorisation de sortie.

  4. Depuis 2012, l’extrême gauche n’a pas quitté le Ministère de la Justice…Une justice de gauche, ou de droite (mais celle là on la cherche en France) ce doit être un OXYMORE. Or en France c’est la réalité et tout le reste en découle. La faute aux gens de droite qui ont porté leur suffrages sur Macron. Ce type est de gauche. What else ?

  5. De l’Ordre, de l’Ordre, de l’Ordre, scande Macron. Tel l’enfant gâté qui tape du pied devant une vitrine : j’veux ça, j’veux ça, j’veux ça ! Hélas, hélas, hélas, un pays qui met ses policiers en prison et qui place les racailles sous bracelets électroniques a fort peu de chance d’y parvenir…

    • Le bracelet électronique dans les cas les plus sévères, car bien souvent ils n’ont droit qu’à un rappel à la loi.

  6. Beaucoup de Français attendaient cette excellente initiative . Il était temps de montrer aux ultra minoritaires LFistes ce que pense la vaste majorité des Français à propos de leur Police

  7. La France aime sa Police , mais pas toujours ses ministres de l’ intérieur . Encore moins la justice quand elle juge uniquement en fonction des lois ,et non de la morale .

  8. Les honnêtes gens aiment leur police et leur gendarmerie et seules les racailles détestent et agressent ces serviteurs de la France … Et ces racailles semblent de plus en plus nombreuses et de plus en plus barbares.

  9. La police et la gendarmerie se sont gravement compromises en acceptant sans broncher d’être le bras armé exécutant les basses oeuvres d’un pouvoir qui méprise le peuple. En 6 ans de Macronie, les policiers et gendarmes qui se respectent et ont une conscience ont déjà démissionné. Ceux qui restent n’ont guère d’états d’âme. Et ceux-là, ça n’est pas toute la France qui les aime.

  10. A 400km de Paris nous ne pourrons nous rendre à cette manifestation ,mais ici nous aimons aussi la police et la gendarmerie .Que cela leur soit un encouragement…ils en ont bien besoin face aux lâches et renégats

  11. Oui mais les syndicalistes de policiers aiment beaucoup rencontrer les ministres et autres secrétaires d’état …la cantine est bonne , les marques de reconnaissance et les petites tapes dans le dos font toujours plaisir à ces représentants syndicaux . Et puis la base de toute façon n’est jamais contente , tout le monde sait ça

  12. Et pourtant M. DAMIEN, il suffit de lire le J.O pour s’apercevoir que la police et les gendarmes sont arrosés depuis au moins deux ans, pas un jour sans revalorisation de prime, N.B.I etc… Pour le reste, il bénéficie de la protection statutaire comme tout fonctionnaire. La police n’a pas besoin d’un statut de protection exhorbitant du droit commun, tout est déjà dans la loi, le problème est ailleurs, notamment au niveau des juges.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois