L’encens artistique lui est monté à la tête.

Je ne suis pas sûr qu’être traité de “guignol par un guignol” soit si amusant que cela. C’est la manière dont Éric Zemmour avait réagi aux attaques d’ contre lui.

Ce dernier, qui clairement depuis ses succès se prend pour “intouchable” et se sent habilité à donner des leçons de morale, a continué, pour répliquer, sur un registre qu’il aurait bien tort de ne pas exploiter puisque les médias en raffolent et qu’on a les penseurs qu’on peut.

Il ne faudrait plus inviter Éric Zemmour parce qu’il est un “criminel” pour avoir été condamné pour le délit de provocation et qu’Omar Sy n’a pas envie “d’être traîné dans la boue avec les cochons”. Mélangeant ainsi la contradiction des idées avec la malfaisance des agressions sexuelles et des viols !

Le même qui a eu une réaction sinon compréhensive, en tout cas trop générale dans son appréhension d’un Harvey Weinstein qui serait, poussé au paroxysme odieux, présent dans tous les hommes.

Omar Sy, s’il était ainsi insulté, ameuterait la planète artistico-médiatique avec ses hauts cris, et évidemment deviendrait une victime encore plus icône qu’il ne l’est aujourd’hui. Tant notre modernité se fabrique des idoles à son image : très imparfaites, provocatrices et sans tenue.

Se permettre de telles outrances est une honte. Vilipender ainsi un adversaire qui n’a pas les mêmes opinions que vous est indigne. Offrir un plateau médiatique à de tels débordements si peu humanistes est vulgaire.

Malgré les apparences, je ne suis pas gêné par le fait qu’il soit la personnalité préférée des Français. J’aime la France, mais les citoyens qui l’habitent n’ont pas toujours raison et trop souvent confondent l’éclat avec l’intelligence et la justesse.

Je sais qu’Éric Zemmour n’a pas besoin de moi. Il vient très bien à son propre secours.

Il n’empêche qu’Omar Sy est dégradé par la lumière.

À faire regretter l’homme d’avant Intouchables !

Extrait de : Justice au Singulier

15 octobre 2017

Partager

À lire aussi

Alain Finkielkraut et Daniel Cohn-Bendit chez LCI : l’un part, l’autre reste !

J'éprouve une forme de nausée face à certains propos de Daniel Cohn-Bendit en 1975 et le 2…