Qui tire les ficelles des gilets jaunes ?

Ce papier date d’hier car, aujourd’hui, 1er mai, je n’écrirai pas. J’ai quitté mon « chez-moi » pour éviter les échauffourées qu’on annonce d’ores et déjà sous mes fenêtres. Il paraît que le défilé de la fête du Travail va être chaud et le soleil du Var n’y est pour rien. « Convergences des luttes » et « Faut qu’ça pète » au menu, commerces en berne, rideaux baissés, castagne et pastaga, dansons la carmagnole, les aristos à la lanterne…

Tant pis si je me répète : je le dis, le redis et le reredis, ras le bol !

Dans l’édito publié le 28 avril sur ce site, Henri Temple s’interrogeait à propos du référendum et posait cette question : « les hautes castes contre le peuple ? » En préambule, il écrivait « Quand l’inculture politique, économique et juridique s’étend, la démocratie régresse et le malheur progresse. » Doux euphémisme… Aimablement, courtoisement, en homme formé aux humanités, il poursuivait : « Quant aux foules désespérées et résolues qui manifestent tous les samedis, si leur juste attente doit nous interpeller toutes affaires cessantes, ce n’est pas pour autant que les formulations de cette attente sont heureuses. »

Qu’en termes choisis ces choses-là sont dites.

Je suis plus triviale : ce qui s’étale chaque jour davantage, c’est non seulement l’inculture politique, économique et juridique, mais aussi la bêtise crasse, vindicative et, hélas, de plus en plus haineuse. J’en veux pour preuve cet autocollant placardé partout :

« Je dis oui au référendum d’initiative citoyenne
OUI au RIC
Constituant – Législatif – Abrogatif – Révocatoire
En toutes matières »

Vaste programme, et programme criminel !

Henri Temple se demande : « Qui a conseillé aux gilets jaunes de réclamer un RIC ? » Moi aussi, je me le demande, car pour atteindre ce sommet de dangereuse absurdité, les mots ont été bien choisis et supposent une maîtrise du vocabulaire qu’on ne décèle guère sur les ronds-points.

Alors oui, qui est assez fou pour faire croire à de braves gens que la Constitution et la loi se tricotent et se détricotent à l’envi et à l’envie ; qu’il suffirait d’un gigantesque micro-trottoir pour décider des orientations de la nation, changer le chef de l’État et les institutions ? En toutes matières ! Et c’est « Jojo le Gilet jaune », comme dit le Président, qui déciderait en matière d’éthique, de budgets de recherche peut-être, de Justice… Lui qui ferait et déferait la réglementation, ferait valser les têtes et araser toutes celles qui s’aviseraient de dépasser un peu. Camps de travail, confessions publiques et rééducation pour les élites. Et que ça saute !

Ce n’est rien d’autre que le rêve d’un État totalitaire. On a connu cela : révolutions prolétariennes, quand on prétend donner les rênes au « peuple ». Staline, Mao, Pol Pot, Maduro…

Le peuple en question est la dernière supercherie christique d’une extrême gauche démonétisée, comme l’ont été avant lui « les ouvriers », puis « les immigrés ». Il est le corps souffrant, pur par nature, intelligent par définition. Mais ce que « le peuple » ne sait pas, c’est qu’il est, surtout, le martyr de demain.

C’est lui, toujours, qu’on envoie au casse-pipe pour l’avènement du Grand Soir qui jamais n’advient parce que ceux qui tirent les ficelles se sont rempli les poches. L’Histoire est un éternel recommencement…

À lire aussi

La Troisième Guerre mondiale a commencé : c’est la guerre des masques !

Valons-nous mieux que cet Oncle Sam aux poches pleines de dollars ? …