À l’heure où la reconstruction du pays devient urgentissime, le nouveau gouvernement, pas plus courageux que le précédent, ne trouve rien de plus important que de faire passer au Parlement les suites de la loi sur la PMA.

Les relents nauséabonds du socialisme (national ou marxiste, ce qui est peu ou prou la même chose) me brûlent les narines. Car que promeut cette loi ? Une insulte à la nature, qui veut qu’un petit d’homme ait un père et une mère. Or, la « pour toutes » ouvre la maternité aux femmes seules et aux « couples » lesbiens. Faire un bébé toute seule, certaines idéologies du siècle dernier nous l’ont déjà proposé. On sait ce qu’il en est advenu : femmes en âge de procréer réduites au rôle de reproductrices, carences affectives desdits enfants et j’en passe…

Quant aux couples de femmes, je cite M. Azerot (député apparenté socialiste (2012-2017), donc peu suspect d’« homophobie ») : « Ce n’est pas la loi qui empêche les homosexuels d’avoir des enfants, c’est la nature » (séance du 30 janvier 2013). La saine doit aider les couples potentiellement féconds à procréer, pas à satisfaire des caprices d’enfants gâtés. De plus, tout pédopsychiatre sérieux (donc non soumis au politiquement correct) le dira : la place du père est fondamentale dans la construction de l’enfant (Pr Aldo Naouri). De plus, et c’est sans doute le plus révoltant, ce projet de loi est la légalisation de la marchandisation de l’Homme et la porte ouverte à un eugénisme qui ne dit pas son nom, une femme se fera « faire un gosse » comme elle va faire son marché.

À l’heure où l’écologie est à la mode, il serait temps que les partis se disant « humanistes » et « écolos » reviennent aux fondamentaux en respectant ce qui n’est jamais que le fonctionnement de Dame Nature. Ajoutons à cela que la doit être remboursée par la sociale, au détriment des soins et médicaments utiles à tout le monde. Mais il est vrai que l’essentiel, c’est le « progrès », la lutte contre les « inégalités » (comme si la nature était égalitaire) et, surtout, de satisfaire les lobbies qui pèsent dans la vie politico-médiatique…

7 juillet 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.