C’est une histoire comme on les aime, de celles qu’on racontait autrefois dans les chaumières, en épluchant les châtaignes au coin du feu. Il faut dire que c’est beau comme une série de Netflix. D’ailleurs, qui sait, l’histoire de « Mambi Diakité qui plongea dans la Seine pour sauver un chien » sera peut-être un jour sur nos écrans.

C’était vendredi dernier, sous les ponts de Paris. Mambi, dit Momo, roule à vélo lorsqu’il entend des cris : un chien dérive au fil de l’eau. Un attroupement s’est formé autour de son maître éperdu. Momo n’écoute que son courage : il pose son vélo et plonge dans l’eau glacée. Le Parisien a déjà écrit le pitch : « Des cris affolés, un chien en train de s’épuiser contre le courant trop fort qui l’empêche de regagner la berge, un homme tétanisé de peur en assistant à la noyade de son animal… et puis soudain, une silhouette qui s’élance, plongeant dans l’eau glacée de ce vendredi d’hiver, nageant les quelques mètres jusqu’au chien affolé, le tenant hors de l’eau, luttant de toutes ses forces contre froid et remous. »

Les pompiers, alertés, arrivent très vite. Leur caserne est une péniche amarrée sur la rive opposée. Ils sauvent le héros, le maître et son chien. Direction l’hôpital : « Momo ne perd pas connaissance mais ses 10 minutes dans l’eau glacée ont fait chuter sa température à 32,8 degrés. » Momo est un gaillard de 28 ans. Il récupère vite. Alors, « quelques jours après son acte courageux, qui lui a valu une hypothermie, quelques heures d’hospitalisation et le vol de son vélo, Mambi Diakité est retourné au quotidien précaire d’un demandeur d’asile déterminé à trouver sa place en France, qui rêvait d’intégrer la Légion étrangère ou la Brigade des sapeurs-pompiers. »

Je ne suis pas scénariste mais je peux écrire la suite : soutenu par « maman Ghislaine », la retraitée qui l’aide dans ses démarches et vient de lancer un appel pour qu’il récupère un vélo, Mambi Diakité sera reçu à l’Élysée et décoré de l’ordre du Mérite civil. À la veille des élections, c’est un petit ruban bleu qui peut rapporter gros à celui qui l’épingle. Il se peut, alors, que le valeureux Momo croise des parents endeuillés, la famille d’un soldat mort au par exemple, car parti sauver ceux que Momo a quittés dans l’espoir d’une vie meilleure à Paris. Ou, mieux encore, peut-être croisera-t-il entre deux portes notre ambassadeur qui vient, lui, de se faire jeter comme un chien ?

Qu’en dit-il, le courageux Mambi Diakité ? Qu’en disent-ils, tous ces gens qui s’émeuvent du sort de « ce jeune Malien recalé du droit d’asile » ? « Il faut faire quelque chose pour lui. Il est courageux, valeureux, honnête, travailleur ! Sa vie est difficile, il est hébergé mais trouve difficilement du travail, puisqu’il est sans-papiers », dit sa bonne fée Ghislaine.

À défaut d’une série télévisée, voilà donc une parabole. C’est l’histoire d’un chassé-croisé où des Français valeureux vont donner leur vie pour sauver des Maliens qui, eux, n’ont qu’une idée : fuir leur pays.

Mambi Diakité est valeureux, lui aussi, cela ne fait pas de doute. Pourquoi, alors, ne se bat-il pas pour son pays ? Il rêvait, nous dit-on, d’intégrer la Légion étrangère ou la brigade des sapeurs-pompiers. Et pourquoi pas l’armée malienne ou les pompiers maliens ? Pourquoi les plus entreprenants de ces jeunes Africains désertent-ils leurs pays ? Pourquoi accourent-ils ici, dans cette France que tant de leurs compatriotes prétendent vomir, la rendant responsable de leur misère ?

En 2020, l’opération Barkhane a coûté 880 millions d’euros aux contribuables français, à quoi il faut ajouter l’aide française au développement dont le est le grand bénéficiaire (206 millions en 2019). Pour quoi faire, tout cela ?

4419 vues

2 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

18 commentaires

  1. Les faits-divers ponctuels ne peuvent occulter le drame global que nous vivons et qui se joue sous nos yeux ! D’un coté un ambassadeur qui se fait jeter comme un illégal d’un pays d’où viennent des millions de sans-papiers qui sont reçus comme des ambassadeurs… Cherchez l’erreur !

  2. Excellente démonstration du désordre complet dans la relation de notre pays avec les pays africains auxquels nous apportons de l’ aide…

  3. on attend qui pour les renvoyer pour défendre leur pays plutôt que de les laisser envoyer les aides touchées et le travail et trafic au noir par Envoyez de l’argent en quelques clics – Simple et Rapide par westernunion.

  4. Si il est si courageux alors qu’il retourne se battre dans son pays et qu’il entraîne avec lui toute la ville de Montreuil envahie aussi

  5. Pour avoir vécu au Mali et dans 4 de ses pays limitrophes mais aussi en Afrique centrale, je dirais que la plupart des africains qui émigrent vers des pays développés, fuient leur incompétence. 60 ans d’indépendance et ces pays continuent de régresser. Et que dire d’Haïti où sévit une population d’origine africaine indépendante depuis plus de deux siècles…

  6. Soyons honnêtes. C’est un très beau geste de sauter à l’eau pour sauver un chien qui se noyait, alors que son maître était incapable de lui porter assistance. Si j’avais été dans le coin, j’aurais pu faire la même chose. Il faut donc remercier cet homme, fut-il africain, il mérite de grands remerciements. Bravo. Mais ça ne veut pas dire que grâce à ce geste les maliens doivent se déverser et être accueillis en France, ce n’est pas leur pays. Et le cas de l’ambassadeur renvoyé, n’a rien à voir.

  7. Son geste est honorable mais de là à en faire un héros ! tous ces gens qui soutiennent la cause de ces étrangers ont-ils pensé ou réalisé qu’ils seraient plus utiles dans leur pays plutôt que d’envahir un pays qui n’a plus rien à leur offrir et dans lequel ils ne trouveront jamais la place qu’ils espérent et seront de plus en plus rejetés.

    1. j’adore les chiens mais de la à faire un héros de ce monsieur, il y a de limites. au Mali nos militaires font autre chose, sur le terrain eux et ils laissent le sang de leur camarade de combat, il y a quand meme une différence

  8. Courageux Momo, mais pas téméraire. Les armes à la main pour défendre son pays, très peu pour lui!
    Je pense que la junte au pouvoir va lui offrir un poste à Bamako.

  9. Pourquoi les plus entreprenants de ces jeunes Africains désertent-ils leurs pays ?
    Tout simplement pour les avantages sociaux, mon capitaine : RSA, AME, j’en passe et des bien meilleurs …
    Lutter efficacement contre l’immigration : Couper les avantages sociaux et le fleuve migratoire devient un oued tari. Demandez-vous pourquoi le Portugal n’attire ni les Maghrébins ni les Africains ! Ceci explique cela.

  10. Les français étant tous ou presque devenus des caniches, il est normal qu’ils s’attendrissent davantage sur le sort de l’un des leurs, plutôt que sur celui d’un pauvre type ayant fui son pays au lieu de le défendre ! Oui, ces immigrés de la trouille ne me font pas pitié, contrairement aux chiens.

  11. J’aime beaucoup les chiens mais la sensiblerie vis à vis des bêtes me fatigue .
    Qui songe parfois qu’un enfant meurt tous les 5 jours en France des suites des mauvais traitements de se famille ou d’un proche ???

  12. Pourquoi ne pas offrir à ce jeune les moyens de rentrer chez lui et sauver son pays , voilà qui serait courageux de sa part .Abandonner femmes , enfants et vieillards et fuir en France n’a rien de très courageux je dirai plutôt que c’est lâche .

  13. Pour rester dans le registre canin, il y a aussi Eric Zemmour que le délicat Mélenchon a prié de retourner dans sa niche.

  14. Comment se fait-il que les expulsions marchent dans un sens mais pas dans l’autre. Une solution au problème du crack à Paris, on pourrait faire un échange.

Les commentaires sont fermés.