Qui a dit : « Le tribunal a une nouvelle fois prouvé qu’il est un organe politique et pas une institution judiciaire »  ? Benyamin Netanyahou, Premier ministre israélien, qui manifeste son agacement pour crime de lèse-souveraineté contre une décision de la Cour pénale internationale (CPI), sise à La Haye, en Hollande méridionale, qui est, comme chacun sait, le pays du gouda. Mais pourquoi en fait-il un fromage ?

En janvier 2015, l’Autorité palestinienne est devenue officiellement le 123e État membre de la Cour. Tout en s’exposant lui-même, du fait de son adhésion, au même type de poursuites pénales, « l’État palestinien » allègue que des crimes de guerre ont été commis par les Israéliens dans les territoires occupés pendant la guerre de Gaza en août 2014. Un rapport d’Amnesty International (29 juillet 2015) accuse cette campagne de l’armée israélienne d’avoir engagé des « attaques disproportionnées » et « aveugles » sur Rafah, ayant entraîné la mort « de dizaines de civils dans leurs maisons », précisant que « dans certains cas, il semblerait qu’ils aient directement tiré sur des civils et les aient tués, y compris des personnes en fuite ». En mai 2018, le ministre des Affaires étrangères palestinien, Riyad Al-Maliki, a officiellement appelé la CPI à l’ouverture « immédiate » d’une enquête sur des crimes présumés envers les Palestiniens, de guerre et d’apartheid : crime contre l’humanité, donc !

Les juges de la CPI ont tranché, ce vendredi 5 février, comme le révèle Le Monde : la procureure gambienne, Fatou Bensouda, pourra enquêter sur les crimes éventuellement commis dans les territoires palestiniens occupés par Israël. On comprend la crispation de Bibi qui estimait, dès jeudi soir, que cette décision relevait d’un « acharnement judiciaire » et qui pestait que le tribunal s’en prenait à Israël « par pur antisémitisme », tout en « refusant d’enquêter sur les dictatures brutales d’Iran et de , qui commettent des atrocités presque chaque jour ». Certes, parmi les 18 juges actuels de la CPI figurent un Allemand, un Japonais, un Italien et un Hongrois. Ce cher Bibi les prendrait-il pour des suppôts d’un axe Rome-Berlin-Tokyo qui renaîtrait de ses cendres ?

Outrances et colère d’un héritier sioniste, certes ; mais réaction logique selon son idée qu’Israël reste la citadelle assiégée. Alors que son pays même n’a pas adhéré à la CPI, Bibi sait, sans doute, que son argumentation est vaine : qu’auraient à faire la Syrie et l’Iran, qui n’en font pas non plus partie, des leçons de moralité politique d’une CPI arguant du respect des droits occidentaux de l’homme ? Seulement voilà, Israël est une ; « défaillante » peut-être ; par pragmatisme ; mais démocratie quand même, tenue au grand écart permanent entre les principes d’un État de droit occidental en Orient et les réalités de la guerre.

Alors que les Palestiniens sont les grands perdants moyen-orientaux de la recomposition géopolitique de la zone, depuis la mise en œuvre d’un axe stratégique Jérusalem-Abou Dabi associant l’État hébreu et les émirats sunnites, mais aussi l’Arabie wahhabite, contre le croissant chiite déployé depuis Téhéran jusqu’au -Sud, qu’ils n’ont d’autre recours politique, pour exister, que d’accepter la protection de l’Iran et de la , qui instrumentalisent leur « cause » pour mieux déstabiliser les régimes arabes et récupérer un leadership régional, la décision des juges de la CPI ne serait-elle pas un ultime ballon d’oxygène pour sauver ce qui peut encore l’être de leur espoir national moribond ? Quitte à nuire, par sa décision légaliste, à la conception opportuniste du « droit des démocraties à se défendre contre le » d’un Benyamin Netanyahou.

7 février 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Jean Castex au secours des agriculteurs : en avril, ne te découvre pas d’un fil ! Et après ?

Au vu de sa gestion épidémique en cours, on peut craindre le pire. …