[L’invité] Laurent Obertone : redevenir des hommes !

photo-output

On connaissait Laurent Obertone pour ses essais incontournables sur la question sécuritaire et migratoire, pour ses premiers pas dans le journalisme, puis comme romancier et essayiste à succès. On le découvre dans un tout autre registre : l'essai pamphlétaire, cette fois sur les rapports entre les hommes et les femmes. Avec un accent parfois houellebecquien, dans son nouveau livre Raisonnablement sexiste (Magnus), notre invité évoque sans détour l'impasse du wokisme et du féminisme radical, le danger de la suppression des genres et des sexes, les questions d'ADN et de génétique. Laurent Obertone est-il « raisonnablement » sexiste ou simplement soucieux de préserver la famille et la nature propre des hommes et des femmes ? La réponse dans ce grand entretien.

Jordan Florentin
Jordan Florentin
Journaliste à BV

Vos commentaires

18 commentaires

  1. L’ homme et la femme sont complémentaires, tout simplement. Quelques erreurs de la Nature existent depuis toujours, et l’on peut concevoir que ceux qui en sont victimes soient indisposés. Mais de là à vouloir transformer nos contemporains en clones multisexués, il y a une marge. Ras le bol des délires !

    • La gravité vient de ce que dès l’âge de trois ans il y a des cours de sexualité dans les classes et des spectacles de drag queen . L’immoralité n’a plus de frontières.

  2. Obertone décrit très bien les choses.
    J’entends déjà les cris d’Orfraie :  » normale vous êtes un homme ! »
    Cependant quand on se donne le mal de l’écouter, il ne réduit pas les femmes à un rôle inférieur.
    Au contraire il met en avant les femmes dans leurs rôles qui sont physiquement différents de ceux des hommes.
    Je trouve son discours très pointu.

  3. Il faut commencer par admettre une bonne fois pour toutes que les hommes et les femmes ne sont ni semblables ni interchangeables et nous aurons déjà fait un grand pas.

  4. Non mr Obertone ce n’est pas se conduire en homme qu’employer un langage grossier et c’est plutôt condescendant arrogant et péjoratif de dire que c’est le langage qu’il faut employer pour être compris de tout le monde.
    L’homme n’est pas un animal domestique quand il se conduit comme un Bonobo et le comparer à un chien c’est nier les différences entre les animaux comme celles que vous citez ensuite entre hommes et femmes.
    Ce que les femmes veulent c’est la liberté de choix et que les hommes qui veulent des enfants assument leur responsabilité. Toutes les déviations existent mais le fait de maintenir un sexe ou un autre dans un système est obsolète. . L’histoire des femmes qui préfèrent avoir un chien à un enfant rejoint celle des femmes qui préfèrent avoir une bonne profession à un mari dont elles dépendent. Question de goût et de choix et..de liberté.

    • L’église catholique serait une secte qui a réussi, dit-on. L’être humain est une espèce animale qui a réussi je dirai.

    • « Ce que les femmes veulent c’est la liberté de choix et que les hommes qui veulent des enfants assument leur responsabilité » vous avez de la chance de pouvoir savoir ce que les femmes veulent vraiment en termes de maternité. OK pour qu’elles choisissent librement ce qu’elles veulent, est-ce que leur côté les hommes aussi peuvent aussi avoir la liberté de choisir ce qu’ils veulent. Faudrait-il qu’un homme fasse préalablement signer par la femme avec laquelle il souhaite avoir une relation sexuelle une déclaration décrivant précisément ce que l’un et l’autre veulent avant de « passer à l’acte » ?

      • Quand, lors d’une séparation, on confiera les enfants à l’homme et que la femme devra lui payer une pension alimentaire, quoiqu’il arrive, même si l’homme s’est remarié avec une femme riche et même si la femme a de grosses difficultés financières, on en reparlera…

    • Je comprends mieux en vous lisant pourquoi la natalité des français chute et pourquoi on fait entrer 500 000 migrants par an.

  5. Le monde fonctionne au regard des rapports hommes / femmes ;l’homosexualité n’est pas une cause, mais un état, sans parler des variantes en tous genres, si je puis dire

  6. En définitif à la lumière de ces actualités on aperçois que le bon sens dans l’opinion public reviens toujours à la normalité face à ces dérives que nous sommes confrontés au quotidiens surtout dans les médiats d’état. Être contre la différence des genres comme être une femme ou homme est une absurdité sans nom un homme où une femme on des organes et un ADN qui leur sont propre et irréversible quant à ceux qui le dénient c’est plutôt du côté psychiatrique qu’il faut voir.

    • Nous sommes imprégnés de marxisme : Les idées seraient des abstractions, tout ne serait qu’idéologie, le réel serait malléable, la religion serait l’opium du peuple. Nous avons rejeté toute forme de réalisme des idées et de la pensée au nom de nos rêves et de notre croyance éthérée en un monde meilleur. Et cela durera tant que des fidèles continueront à célébrer cette religion modernisée. En France, ses chapelles, que dis-je, ses cathédrales les plus fournies peuplent la majorité du pouvoir exécutif et du législatif, la totalité du judiciaire et des médias ainsi que de l’éducation (la rééducation) nationale. Un sacré boulot que de se débarrasser de ces fanatiques.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois