Editoriaux - Education - Société - 23 mai 2019

Ils abandonnent leurs enfants sur le trottoir : aucun des parents n’en veut !

C’est encombrant, les enfants. Ça empêche de vivre libre. Ça fait du bruit. Ça réclame de l’attention et de la nourriture. Ne parlons pas d’affection, c’est un hypothétique supplément. Ça pleure la nuit et le jour, ça vous tire par la manche alors que vous êtes sur Facebook avec vos « amis ». Insupportable, en un mot. Et il y en a qui ne supportent pas.

C’est le cas d’un couple qui vient de passer en jugement devant le tribunal correctionnel de Laon. Ces gens-là n’habitent pas une affreuse cage à poules cernée par les dealers au fin fond d’une banlieue déshéritée. Non, ils sont dans un coin de campagne, la Thiérache, terroir du Nord où se marient Hauts-de-France et Wallonie.

C’est le journal L’Union qui rapporte les fruits de cette désunion : « Le couple avait eu deux enfants avant de se séparer en 2018. » Deux petits garçons, 6 et 4 ans aujourd’hui. « Le partage de garde permettait au père, âgé de 30 ans, de les avoir la semaine. Le week-end étant réservé à la mère, âgée de 25 ans. » Mais il y a longtemps que chacun fait comme il veut, ou peut-être comme il peut, nous dit L’Union.

Les parents jouent à la balle avec leurs gosses, se les renvoient, s’en débarrassent à la première occasion. Jusqu’à ce jour funeste où le père ramène ses deux garçons chez leur mère. Elle ne les veut pas. Alors, comme il a repris la route, elle les colle dans sa voiture et va les abandonner sur le trottoir. Elle les laisse là, en pyjama, sous la pluie, regardant dans son rétroviseur l’aîné qui court derrière sa voiture. « Elle les a déchargés comme des encombrants que l’on met devant chez soi en attendant le ramassage », dit l’avocat des enfants.

C’est une voisine qui a recueilli ces pauvres bouts de chou et appelé la gendarmerie. Pauvres gamins qui n’ont rien demandé à la vie sinon des parents, éventuellement en service minimum s’ils ne pouvaient pas davantage, mais il est des gens pour qui ce minimum est encore trop. Les parents ne s’en cachent d’ailleurs pas : la mère le dit, elle « ne veut plus d’eux », le père non plus. Très peu pour eux, que la société se débrouille donc avec leur progéniture !

Ces incapables majeurs viennent d’écoper de huit mois de prison avec sursis, avec obligation de suivre un stage de responsabilité parentale à leurs frais. C’est bien peu. Ils ont chacun un droit de visite d’une heure par mois auprès de leurs deux fils, placés en famille d’accueil. Cette fois, je me demande si ce n’est pas encore trop. C’est vrai, on ne sait pas : la mère peut avoir rendez-vous chez le coiffeur, le père un match de foot… De vraies obligations, quoi !

Pauvres petits bonshommes à l’enfance volée, quelle confiance pourront-ils avoir dans la vie ? Qui va leur tenir la main, les éduquer, les aider à grandir en leur évitant les pièges autant qu’on peut le faire ?

À propos de pièges, justement, une femme tire la sonnette d’alarme. Elle s’appelle Anne de Labouret et vient de publier un livre intitulé Parlez du porno à vos enfants avant qu’Internet ne le fasse. Parce qu’Internet va le faire, c’est sûr. Les chiffres sont effarants : 90 % des élèves de 6e ont déjà vu du porno, voire « vécu » ! C’est pourquoi la principale du collège de Mios, en Gironde, a adressé une lettre aux 600 parents des élèves de 6e et 5e de son établissement pour les alerter sur « l’hypersexualité » de leurs enfants, dont une quinzaine aux « comportements inadaptés ». Euphémisme pour désigner « exhibitionnisme, diffusion de photos dénudées ou de vidéos sur les réseaux sociaux, réalisation de vidéos à caractère pornographique, attouchements, visionnage de films à caractère pornographique, et même masturbation en classe ». Vous avez bien lu.

Ne pensez pas que votre enfant y échappe, dit madame de Labouret, car « à partir du moment où la pornographie traîne sur le portable d’un enfant, vous pouvez être sûr que tous ses copains seront informés très vite », dit-elle.

À lire aussi

Golfe-Juan : les eaux usées de Sa Majesté saoudienne polluent la plage

Ça pue grave, même, au point qu’on a dû interdire durant trois jours la plage aux manants.…