Macron-Le Pen à l’issue du premier tour, Fillon-Le Pen, Macron-Fillon ? Ras le pompon ! Alors, François Kraus, le directeur des études politiques de l’IFOP, a eu une idée folle : et si on lançait une enquête « et » ? Le postulat étant : « Dis-moi ce que tu votes, je te dirai tes pratiques sexuelles. » Ou : « Dis-moi ce que tu fais au lit et avec qui et je saurai si tu es d’extrême gauche ou d’extrême . »

On apprend ainsi, selon les résultats de l’enquête de l’institut de sondage pour le réseau libertin Wyylde, dont RMC dévoilait ce mardi les résultats, que les sympathisants de Jean-Luc ou Philippe Poutou pratiqueraient volontiers « l’échangisme ». Si tu es d’extrême gauche, tu as « deux fois plus de chance » de t’y adonner « que si tu es sympathisant d’extrême droite », nous annonce le petit François, qui semble bien maîtriser son sujet. Ce serait notamment dû « à leur conception proudhonienne de la propriété qui favorise le partage et l’échange de partenaires sexuels ». C’est beauuu…

Bref, à l’extrême gauche, on pratique sans façon une « sexualité débridée » car on jouit de s’écarter « des normes dominantes ». Être de gauche, c’est être dans le coup, pas comme ces gros machos de sympathisants d’extrême droite « moins imprégnés de féministe ».

On apprend ainsi que les sympathisants de Marine Le Pen pratiqueraient « une sexualité plus violente », comme le susurre Jean-Jacques Bourdin. Et se laisseraient volontiers fesser. Ou qu’ils fesseraient. Et qu’ils ne seraient pas opposés à « l’éjaculation faciale ». Parce que, en fait, les femmes qui aiment bien le Front national « se laisseraient davantage aller à des pratiques hard issues de la culture porn (fessée et le reste), qui peuvent choquer les sympathisantes de gauche » ! Comme Christine Angot ?

On aura vraiment tout entendu dans cette qui s’achève en touchant le fond…

À J-5 des , ils doivent s’ennuyer ferme dans les organismes de sondage pour nous pondre de telles âneries !

19 avril 2017

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

À lire aussi

Corinne Lepage, ex-ministre de l’Écologie : écolo, vraiment ?

Le vice-président de la chambre d'agriculture d'Île-de-France ne s'y trompe pas, qui parle…