Surnommé l’« Instagram du porno », mais aussi l’« Eldorado du porno », le réseau social britannique OnlyFans a doublé le nombre de ses utilisateurs avec le confinement. Non encadré par la loi, il est accessible également aux mineurs qui peuvent publier des photos ou des vidéos à caractère sexuel.

Au micro de Boulevard Voltaire, Anne-Sixtine Pérardel dénonce les dérives de cette plate-forme et l’addiction à la pornographie qu’elle peut entraîner.

À lire aussi

Anne-Sixtine Pérardel : « Dès 10-11 ans, les enfants sont confrontés à la pornographie, il faut les protéger »

À la tribune de l’UNESCO, pour la Journée internationale des droits de l’enfan…