Polémiques - 4 octobre 2018

D’après une animatrice de France Bleu, Charles Aznavour était sexiste et raciste. Bon débarras…

La disparition de Charles Aznavour aura permis à une parfaite inconnue travaillant à France Bleu Vaucluse de se faire remarquer. Un message Facebook de sept mots et la gloire était au rendez-vous : « Aznavour sexiste, raciste de droite, bon débarras. » Un chef-d’œuvre de la pensée. Le contre-chant aux hommages qui tombaient par centaines. L’humaniste de la radio avait trouvé la faille. Il fallait remballer les cérémonies et les soirées spéciales à la télé. Les remplacer par un documentaire sur le rôle de Charles Aznavour dans la montée d’Adolf Hitler suivi d’un débat sur le racisme sous-jacent des paroles de « La Mamma » : « Ils sont venus, ils sont tous là, même ceux du sud de l’Italie. » Dont pas un seul migrant ! C’est louche !

Alors que tous les amis Facebook réunis autour de l’ordinateur sacré attendaient une seconde alerte dénonçant l’homophobie véhiculée par la chanson « Comme ils disent », rien ne vint. Nathalie Mazet, l’intellectuelle de France Bleu, avait déjà supprimé son premier message pour entrer dans un silence radio qui en disait long sur la profondeur des mots qu’elle avait consenti à délivrer à la foule inconsciente des dangers de la variété française. Trop occupée à réfléchir au tweet qu’elle allait écrire lors de la disparition de Michel Sardou, la philosophe n’arrivait plus à suivre les cadences infernales imposées par les avis de décès des célébrités racistes, sexistes, homophobes et tutti quanti. En tant que découvreuse de talents d’extrême droite, Nathalie Mazet n’avait pas le droit à l’erreur. Le retard s’accumulait. Le dossier de Joe Dassin n’était toujours pas bouclé. Ses enquêteurs venaient de découvrir que Johnny Hallyday collait des affiches pour le Front national tandis qu’au téléphone, son médecin traitant lui demandait si elle avait bien pris ses calmants.

Sans tarder, la radio du service public a réagi sur Twitter : France Bleu ne cautionne pas les propos injurieux et diffamatoires émis par une animatrice du réseau à l’encontre de Charles Aznavour. Ces propos ont été tenus à titre personnel. France Bleu se joint à l’hommage unanime rendu à ce grand artiste. « La Bohème » en boucle durant 24 heures pourrait être la sanction.

Charles Aznavour, les toreros, les bouchers, les Blancs… la liste des « méchants » dont certains souhaitent la mort ou s’en réjouissent s’allonge de jour en jour. En son for intérieur, le bobo hystérique se prend à rêver d’une solution finale qui verrait tous ceux qui ne partagent pas sa vision du monde supprimés ou regroupés dans un camp de redressement. Face à ces énergumènes, la France est bleue… mais de trouille !

À lire aussi

Alain Juppé appelé à ronronner au Conseil constitutionnel

La révision de l’aphorisme populaire « s’ennuyer à cent sous de l’heure » a été mis à l’or…