Depuis le 19 octobre, un homme de 84 ans voit sa maison squattée pour la troisième fois. La préfecture est intervenue, ce mardi, pour accélérer l’expulsion des occupants, rapporte 20 Minutes.

 

De nombreuses personnes ont témoigné leur soutien

En deux ans, c’est la troisième fois que Georges a sa maison squattée par plusieurs occupants. Ceux-ci ont changé les cadenas, ainsi que le nom sur la boîte aux lettres. La maison étant en passe d’être vendue, ce nouveau squat risque bien de faire casser la transaction.

Un voisin a averti le propriétaire et sa fille, Marie-Ange, qui a immédiatement lancé un appel à la mobilisation sur les réseaux sociaux. L’affaire a été médiatisée et de nombreux amis et riverains se sont rendus, ce mardi, devant la maison pour pousser les à quitter les lieux. Un fait qui n’est pas nouveau, puisque des mobilisations avaient également eu lieu, en février, pour soutenir Roland, un retraité de 88 ans qui se trouvait dans le même cas.

 

La préfecture a dû intervenir

Devant cette mobilisation, menée par des riverains mais également par des élus, le préfet Étienne Guyot, saisi par la famille, a déclenché la procédure d’expulsion accélérée, annonce Actu Toulouse. Celle-ci peut conduire à l’évacuation des lieux par décision administrative. À compter du déclenchement de la procédure, les ont 24 heures pour quitter les lieux, ils devraient donc être partis ce mercredi soir.

27 octobre 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.