Le 6 août 2021, le Conseil d’État a décidé d’interdire la chasse à l’alouette dans quatre départements du Sud-Ouest. Une manifestation est organisée à Mont-de-Marsan ce samedi 18 septembre, pour protester contre ces mesures que les chasseurs jugent abusives.

Devant cette nouvelle interdiction qui frappe les chasses traditionnelles, le président du mouvement pour la ruralité Eddie Puyjalon rappelle que « les chasses apportent énormément à la biodiversité ». Il réagit au micro de Boulevard Voltaire.

 

 

 

Vous serez, samedi, à Mont-de-Marsan pour une grande manifestation. Pouvez-vous nous expliquer de quoi il s’agit ?

 

Cette manifestation est à l’initiative de la fédération des chasseurs des Landes car nous sommes concernés à la suite de plusieurs interdictions, notamment celle de la chasse des ortolans, puis celle de la chasse des alouettes qui est une tradition très forte dans les Landes. Le monde cynégétique est très remonté contre la perte des chasses traditionnelles. Devant la volonté manifeste de la ministre Barbara Pompili de ne pas soutenir ce dossier devant le Conseil d’État, face aux avocats des opposants One Voice et la LPO [Ligue de protection des oiseaux, NDLR], les arrêtés ont été cassés. Le monde de la chasse et le monde politique de la ruralité que je représente sont remontés. Ça n’arrête pas ! Après la glu et d’autres choses encore, on stigmatise les ruraux, et les chasseurs en premier lieu, sur des futilités. L’argumentaire du Conseil d’État est révoltant car on parle de chasse non sélective.

 

 

Pour la plupart des gens, les chasse à la glu et les autres chasses traditionnelles sont barbares. Pouvez-vous entendre cet argument ?

 

C’est une méconnaissance totale. Sous l’égide d’une écologie dogmatique et punitive, des gens vouent une haine aux ruraux. Ils ont une haine des humains, c’est une pathologie gravissime. Par méconnaissance, on a construit la haine des gens.

Ils sont déconnectés de la ruralité et de la nature elle-même. Ils vivent 330 jours en milieu urbain et viennent, mais pas toujours, en vacances en milieu rural. Puis ils viennent censurer la vie des gens sans connaître. C’est incroyable ! Les politiques ont leur part de responsabilité car ils ne surfent que sur l’élection suivante et ne sont pas dans le rétablissement de la vérité, alors que les chasseurs eux-mêmes apportent beaucoup à la biodiversité. Là où les chasseurs gèrent, il y a nettement plus de biodiversité que là où les écologistes ont leur propre territoire.

En réalité, ils ont oublié que l’homme fait partie de la nature et que si on laisse la nature faire elle-même, elle s’atrophie.

 

 

Emmanuel Macron ne cache pas sa proximité avec le président de la Fédération nationale des chasseurs, la secrétaire d’État Geneviève Darrieussecq a déclaré que le gouvernement est mobilisé pour le maintien des chasses traditionnelles. Le gouvernement est mobilisé, sur ce sujet-là…

 

Ça fait trente ans que je fais de la politique, on ne va pas m’endormir ! Ils ne réagissent que parce que nous avons énormément mobilisé. Certaines personnes du milieu de la chasse jouent un double jeu pour servir la Macronie et n’ont pas fait le travail nécessaire pour mobiliser davantage. Mais mon mouvement politique et des fédérations de chasse, comme celle des Landes ou de la Charente-Maritime, ont fortement mobilisé. Comme on annonce 10 à 15 000 personnes à Mont-de-Marsan, les politiques commencent à trembler. Par ailleurs, mon score aux élections régionales avec Jean Lassalle a fait parler. Évidemment, M. Macron commence à faire du en même temps. Il recule après avoir donné à Mme Pompili toute liberté pour mettre à mal les chasses traditionnelles. Aujourd’hui, il fait marche arrière car il a bien compris que ça allait lui coûter peut-être 600.000 voix, comme à un certain Lionel Jospin, parti très vite à la retraite car les chasseurs étaient en colère après lui.

17 septembre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.