Fitch : une première gifle à la Macronie, sous la menace d’une seconde…

bruno le maire

La gifle est retentissante pour le Président Macron, son Premier ministre et son ministre des Finances qui n’en ont pas fini avec les notes des agences financières : dans un mois, le 2 juin précisément, la prestigieuse agence Standard&Poors notera à son tour la dette et, donc, l’économie françaises. Ce 28 avril, l’agence Fitch a donc dégradé la note de la France, qui passe de AA à AA-. On descend d’un étage. Pas de faillite à court terme, mais une tendance nette.

La France avait déjà perdu le triple AAA de l’agence Fitch, voilà dix ans, en 2013, sous Hollande, après le mandat Sarkozy. Un traumatisme, à l’époque. Après cette nouvelle humiliation, le pays se retrouve à bonne distance du club des sages classés AAA où figurent l’Allemagne, les États-Unis, l’Australie, la Suisse, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Norvège, la Suède ou Singapour. Derrière figurent les moins sages, notés AA+ (Autriche, Canada, Finlande, Nouvelle Zélande…). La France fait partie du troisième peloton, devançant tout juste le club des très moyens, avec le Royaume-Uni, l’Irlande, la Belgique, l’Estonie ou la Tchéquie.

L’économie d’un pays est la résultante d’une politique globale, pas seulement de la gestion des taux d’intérêt sur les marchés de la dette. La note de Fitch, c’est celle de la confiance qu’inspire le pays à ses prêteurs, et donc au monde. C’est sa capacité à travailler, à investir, à préparer l’avenir. Or, tous les jours ou presque, désormais, la France donne au monde le spectacle d’un pays endetté, au bord du chaos, victime de violences et de dégradations sans fin, débordé par une immigration incontrôlée. Un État qui taxe frénétiquement sans parvenir à combler le tonneau des Danaïdes de ses déficits.

Fitch relève avec des pincettes des « perspectives de croissance économique sensiblement plus faibles et une compétitivité affaiblie ». Côté finances publiques, l’agence cingle « une augmentation importante et persistante de l'endettement public résultant de déficits publics plus élevés que prévu et d'une augmentation des rigidités budgétaires ». Fitch ne croit pas à l’amélioration soudaine d’une dette publique qui explose sous Macron. « Cette augmentation s'est produite dans le contexte de niveaux d'endettement déjà élevés par rapport aux pairs de notation et de progrès limités en matière d'assainissement budgétaire au cours des années précédant la pandémie », explique l’agence de notation.

Réponse de Bruno Le Maire ? Circulez, il ne se passe rien… « Je crois que les faits infirment l'appréciation de l'agence Fitch, explique notre grand argentier. Nous sommes en mesure de faire passer des réformes structurantes pour le pays », a-t-il lancé, depuis une réunion des ministres des Finances de l'Union européenne à Stockholm. Il va faire de nouvelles réformes, lancer un projet de loi « industries vertes ». Alors ? Alors, on est sauvés. « Ne doutez pas de notre détermination totale à rétablir les finances publiques de la nation [...] à accélérer le désendettement du pays, à réduire les déficits et à accélérer la réduction des dépenses publiques », ajoute le ministre, qui a plombé comme personne avant lui le déficit de la France. On se pince. Le macronisme dispose d’un gisement insondable… de culot.

Souvenez-vous, c’était en 2017, lors du débat d’entre-deux-tours de l’élection présidentielle. « Ce que vous portez, c’est l’esprit de défaite », lançait le candidat Macron à Marine Le Pen. Une forme de pétainisme rance face à l’avenir radieux de la mondialisation macronienne. Ce ventriloque surdoué expliquait aux Français (devant elle !) la vraie pensée de Le Pen : « C’est trop dur, la mondialisation, pour nous, c’est trop dur, l’Europe, donc on va se replier, on va fermer les frontières, sortir de l’euro, sortir de l’Europe […] Face à cet esprit de défaite, moi, je porte cet esprit de conquête français. » Notre Napoléon de l'économie insistait sur la France, cinquième puissance économique mondiale. L’ancien banquier d’affaires devenu ministre de l'Économie de Hollande s'était fait élire sur ses capacités de… gestionnaire. Mais voilà, après six ans de gestion de ce Mozart de la finance, alors même qu'il a eu tous les pouvoirs à l’Assemblée cinq ans durant, le concerto vire au naufrage : la France a dégringolé à la septième place de l’économie mondiale et Fitch s’alarme.

Jusqu’à quand le savant mélange de morgue et de mensonge macroniste aura-t-il raison du bon sens des Français ? Le vernis, en tous cas, n’en finit plus de craquer.

Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

67 commentaires

  1. Il était inutile de faire appel à l’agence FITCH pour dégrader la note de la FRANCE n’importe quel Français pouvait donner cette information , a supposer que c’est une info ! Depuis la création de la 5ème république , jamais le FRANCE n’avait connu une telle déliquescence ; jamais la FRANCE n’avait eu un si piètre gouvernement , jamais la FRANCE n’avait eu un « président » aussi détesté , aussi haï, aussi incompétent . Et la FRANCE n’est pas prête de se relever avec ces gougnafier à la tête de l’état . Voilà ce qui arrive quand « on » donne la barre d’un paquebot à un mousse avec un équipage de bras cassés ; et boum dans l’iceberg .

  2. Le 9 novembre 2013 , au lendemain de l’abaissement de la note française par Standard & Poor’s une rétrogradation de AA à AA- Bruno Lemaire fulminait cotre l’exécutif  » Cette dégradation est un carton rouge à la politique économique et budgétaire de François Hollande  » … Le Canard Enchainé de cette semaine

  3. Il faut laisser le temps à Bruno Lemaire, d’exprimer tout son talent. 10 ans paraissent un peu courts pour un ministre de sa qualité, je propose donc qu’il soit élu président de la république sans vote, et que ce soit Macron qui le nomme. D’ailleurs je suis convaincu qu’il va renverser la vapeur, les 700 milliards de dettes dont il est responsable en six ans, vont se transformer en 700 milliards de crédit dans les 4 prochaines années. Ne croyez pas que je plaisante, j’ai lu cette prophétie dans revue parfaitement sérieuse et incontestable » Pif Gadget »

  4. C’était à prévoir, car après la période du « quoiqu’il en coûte », des chèques en France et à l’étranger, où la France n’a fait que suivre une Politique décidée bien au delà, dit les Alliés, voici venir que le F.M.I. a cesser d’accorder La Planche à Billets QUE pour la France, et cela avec la plus grosse dette de l’U.E…..et cette Info devrait être diffusée en boucle sur les Médias….

  5. La France en perdition avec ce président et ses ministres Lemaire, Darmanin etc. La diabolisation du RN fait que Macron est en faillite après ses belles promesses. Pouvoir d’achat pour les ménages qui font des efforts pour pouvoir se nourrir. La flambée des prix partout. L’insécurité avec l’immigration et notre police qui ne peut plus assurer notre sécurité. Les blacks blocs qui veulent tuer des policiers et gendarmes. La justice est absente et la France a peur. Le combat entre députés et ministres n’apporte pas de solution. Allons nous vers une guerre civile ?

  6. Ce «  ministre «  avait pompeusement promis de mettre à terre l’économie russe . Et patacoufin, c’est celle de la France qui s’effondre . Effectivement, il a toutes les « qualités » requises pour être ministre Macronien , on s’en était aperçu lorsqu’il avait séché sur une question piège à savoir «  combien de m2 il y a dans un ha ? «  Du grand macronisme à n’en point douter

    • Ah oui! Lorsqu’il était ministre de l’Agriculture et qu’il s’est retrouvé face à Ariane Massenet ( grand journal de canal+) qui l’avait convié à un quiz sur l’agriculture justement. Saison de la cueillette des poires, race de vaches, cri du dindon, tracteur enjambeur, autant de sujets sur lesquels l’élève Le Maire avait démontré sa méconnaissance crasse.
      Et voila cet ahuri Ministre de l’Economie.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois