répond « Vous êtes dans la caricature ! » à une sénatrice LR demandant ce que lui, nouveau ministre de l’Intérieur, envisage de faire contre l’islam politique.

Allons, Monsieur Darmanin, répondez à la question posée, ne brouillez pas les pistes en amalgamant une foi personnelle du domaine privé avec un islam politique qui veut imposer son diktat en France (et ailleurs) ; ne brouillez pas les pistes en citant Moussa, votre deuxième prénom, en évoquant votre grand-père et les tirailleurs algériens !

Vous êtes dans quoi, vous, en disant cela ? Votre grand-père, vos tirailleurs ne sont pas ceux qui, aujourd’hui, ne respectent pas les lois de la République !

Ce ne sont pas eux qui faisaient du prosélytisme (da’wa) dans les écoles, les associations, les foyers, pour embrigader les jeunes, ce ne sont pas eux qui tenaient le double discours (taqîya) dans les clubs sportifs, les foyers, les entreprises, les organisations dites « humanitaires ».

Ce ne sont pas eux qui prônaient l’islam idéologique au-dessus des lois de la République avec le halal, le niqab, les prières de rue, les manifestations prétextes contre l’« islamophobie », la séparation des croyants des mécréants (kuffar), l’excision, la soumission des femmes, la polygamie, les tribunaux islamiques, le retour du califat.

Ce ne sont pas eux qui se servaient des racailles et trafiquants de drogue tyrannisant les zones de non-droit, caillassant gendarmes, policiers, ambulanciers et pompiers.

Ce ne sont pas eux, les fichés S chez qui on retrouvait du matériel de propagande avec leurs noms de guerre (kunyas), des drapeaux noirs de Daech (chahada).

Ce ne sont pas eux, les imams prônant la haine, le combat, la mort en martyr (shahid), dans les mosquées salafistes soutenues par les sulfureux pays du Qatar, d’Arabie saoudite ou de Turquie.

Ce ne sont pas eux, acoquinés avec les Frères musulmans, qui imposaient la charia et lançaient des fatwas.

Ce ne sont pas eux qui recrutaient les milliers de combattants au djihad partout, y compris dans les prisons, les réseaux sociaux, les sites Web cryptés.

Ce ne sont pas eux qui prônaient d’enfermer les femmes, les lapider, violer les fillettes, couper les mains, brûler les « mécréants ».

Ce ne sont pas eux qui auraient pleuré Ben Laden ou Merah ; pas eux qui auraient déserté l’armée française s’il avait fallu lutter contre les djihadistes.
Ce ne sont pas eux qui égorgeaient un curé, des gendarmes, leur chef, ce ne sont pas eux qui tiraient sur des gens dans une épicerie cachère ou sur des écoliers dans une école juive.

Ce ne sont pas eux qui décapitaient leur patron ou poignardaient des camarades de bureau dans une préfecture de police, ce ne sont pas eux qui conduisaient un camion pour écraser des familles, femmes, enfants, ce ne sont pas eux qui mitraillaient des journalistes et des spectateurs.

Ce ne sont pas eux qui posaient les explosifs et voulaient imposer l’islam politique par tous les moyens, jusqu’à la terreur !

Alors, ouvrez enfin les yeux, nous sommes en 2020 dans une France qui n’en peut plus de ce laxisme, de cette démagogie et de cette trouille coupables ; dans une France où la loi n’est plus respectée, dans cette France martyrisée dont ses habitants les moins aisés sont les plus désemparés ! Dans une France ensevelie sous les formules toutes faites.

Alors, Monsieur Darmanin, sachez utiliser le Kärcher™ dont votre ami Sarkozy ne s’est jamais servi malgré ses promesses… Mais pour cela, il vous faut effectivement regarder la réalité en face. En répondant à cette sénatrice, vous, vous n’êtes, hélas, pas dans la caricature. La force de la caricature, au moins, c’est qu’elle est ressemblante ! Votre dogmatisme, vos exemples, vos visions hors-sol vous font nier la perception du réel.

En répondant à côté de la plaque, vous me faites redouter un ministre de l’Intérieur – un de plus – à côté de la plaque.

À lire aussi

La haine entraîne la haine… Jusqu’à quand ?

Sempiternelles marches blanches, la couleur des moutons… …