Assa Traoré, il faut le reconnaître, a le don de créer des polémiques inutiles. Il y a, d’ailleurs, de quoi se demander si ce comportement résulte de la faiblesse de ses arguments ou de l’absence réelle d’idées dans le débat intellectuel.

Il fallait s’attendre à des oppositions dans l’opinion publique, car ce type d’affirmation fragilise énormément la cohésion nationale, c’est au nom du vivre ensemble que des personnalités ont eu le courage de réagir dans les médias ou sur les réseaux sociaux.

À ce titre, nous tenons à apporter notre soutien infaillible au journaliste de CNews Thomas Lequertier, victime d’une cabale des soutiens d’Assa Traoré. Entre insultes et menaces, il n’a rien cédé, campant fermement sur ses dires.

Des réactions qui ont suivi l’article de Jeune , il serait intéressant de s’attarder sur les propos de Marie Fatima Hutin, Zhang Zhang et Mila. Que disent ces femmes ?

D’une part, Mme Hutin, qui proclame son amour à la France, remerciant ce pays pour l’avoir accueillie à bras ouverts alors qu’elle fuyait les vicissitudes de l’excision, du mariage forcé et autres.
D’autre part, Zhang Zhang, subjuguée de savoir que dame Assa Traoré est silencieuse face aux attaques récurrentes contre la communauté asiatique en France.
Enfin, Mila qui, avec sa finesse habituelle, rappelle tout simplement que les Blancs non plus ne sont pas en en France.

Mais quelle farceuse, dame Assa Traoré, quel petit esprit ; si elle ne se sent pas en sécurité en France, que fait-elle encore dans ce pays ?

La France nourrit Assa Traoré, la France nourrit tant et tant de Noirs et d’Arabes, cette France ne demande rien à ces gens que du respect, de la reconnaissance.

Si, en France, les Noirs et les Arabes ne sont pas en sécurité, pourquoi donc tant de migrants de ces origines cherchent à venir en France ? Ça suffit, cette hypocrisie, il est temps qu’Assa Traoré et ses sbires arrêtent de raconter des inepties qui engagent les minorités.

7 février 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.