À Villefranche, les féministes veulent faire partie de la fête des conscrits…

Capture d’écran (5121)

Ça commence comme un sujet du 13 Heures de feu Jean-Pierre Pernaut, de mémoire bénie. « Partons tout de suite pour Villefranche-sur-Saône, riante bourgade du Beaujolais, dans ces régions que nous aimons tant. Là-bas, depuis la Troisième République, une fête d'un genre particulier rassemble tous ceux qui vont avoir vingt ans, aidés de ceux dont l'année de naissance finit par le même chiffre (cette année, 2004, 1994 etc., vous voyez le truc). On l'appelle la fête des conscrits, en hommage aux banquets arrosés qui précédaient le départ pour le service militaire. » Jusque-là, très bien.

Oui, mais voilà : depuis trois ans, des féministes proches de LFI, parmi lesquelles une certaine Mylène Dune (ex-candidate NUPES aux législatives), opposante municipale, veulent que cette fête soit « en mixité ». Selon la tradition, ceux qui jouent les « conscrits » offrent un bouquet de fleurs à la jeune fille de leur choix : et pourquoi pas un aspirateur ! Non, ce que veulent les femmes (enfin, celles-ci), c'est que la « vague », cette sorte de sirtaki aviné que l'on danse lors de la fête des conscrits, soit mixte, par exemple. Que la « classe », qui, selon la tradition, récupère les clés de la ville, ne soit pas uniquement composée de jeunes gens. Les vrais combats.

Qu'une féministe nous cite trois femmes mortes à Verdun !

Il est vrai que l'armée française est ouverte aux femmes depuis 1939. Il est tout aussi vrai qu'elles n'ont jamais été concernées par le service militaire et que, par conséquent, que ce soit sous la Troisième République, quand cette tradition est née, ou à la suspension du service militaire sous Jacques Chirac, il n'y a jamais eu de conscription féminine. D'ailleurs, qu'une féministe nous cite trois femmes mortes à Verdun ! En URSS, oui. C'est peut-être ça, qui induit nos amis gauchistes en erreur. Pour l'anecdote, malgré l'apparente égalité des sexes, l'état-major soviétique se montra particulièrement indigne envers les femmes soldats (voyez, par exemple, les conditions dans lesquelles opéraient les - pourtant héroïques - « sorcières de la nuit », si vous ne me croyez pas). Des femmes héroïques, en France, il y en a en revanche des dizaines et des dizaines dans la Résistance : Violette Szabo et Marie-Madeleine Fourcade n'en sont que deux des exemples les plus éclatants. Mais pas sûr que leur profil intéresse nos activistes.

Cette revendication, qui s'appuie probablement au moins autant sur l'inculture que sur le ressentiment (les deux mamelles de la gauche moderne), rappelle l'épisode de la « galette des rois et des reines », il y a quelques années. En fait, si l'on veut être rigoureusement équitable, la parité réelle existera quand il y aura 50 % d'hommes dans la magistrature, le social ou l'Éducation nationale, 50 % de femmes parmi les éboueurs, dans les usines ou sur les plates-formes pétrolières, 50 % des jugements de garde en faveur des hommes et 50 % de femmes dans la population carcérale. Autant dire pas demain (tant mieux, d'ailleurs, au vu des exemples ci-dessus), puisque, au risque de lasser les gauchistes et n'en déplaise aux nostalgiques de la révolution culturelle, c'est encore une fois à l'idée de se plier au réel. C'est comme ça. Ou alors il fallait vivre dans la Chine de Mao ou le Cambodge de Pol Pot.

Alors, franchement, que les féministes de Villefranche fassent d'abord un petit saut pas loin de chez elles, à Vaulx-en-Velin par exemple, pour réclamer plus de femmes aux terrasses des cafés, moins de voiles oppresseurs dans l'espace public et l'autorisation de travailler pour toutes. Après, on en reparlera...

Arnaud Florac
Arnaud Florac
Chroniqueur à BV

Vos commentaires

25 commentaires

  1. Bonjour Monsieur Florac,
    Pour information, si, il y a bien eu une conscription féminine. Très réduite il est vrai car uniquement pour les volontaires.
    J’ai fait une partie de mon service militaire à l’ hôpital du Val de Grâce ( H.I.A.) en 1979, et il y avait 3 ou 4 jeunes femmes qui y effectuaient leur service militaire.
    Cordialement,
    Gilbert ( ex caporal au Service de Santé des Armées )

  2. « que les féministes de Villefranche fassent d’abord un petit saut pas loin de chez elles, à Vaulx-en-Velin par exemple, pour réclamer plus de femmes aux terrasses des cafés, moins de voiles oppresseurs dans l’espace public et l’autorisation de travailler pour toutes. Après, on en reparlera… »
    Tellement vrai. mais voilà, elles n’oseraient pas.

  3. Article globalement pertinent, dommage pour le « sirtaki aviné » un peu péjoratif, très méprisant. Certes ce n’est pas totalement faux, mais ne pas le dire n’aurait rien enlevé à la pertinence de votre article… Imaginez un instant que ce moment festif ait lieu à Paris, auriez vous employé ces ternes et ce ton condescendant? Je ne pense pas.

  4. L’égalité c’est quand les femmes de pouvoir seront aussi mauvaises que les hommes ; il me semble que ce jour est arrivé .

    • je pense même qu’elles sont pire (voir Cresson, Ségolène, Aubry, Borne, Oudéa, Bachelot, Vallaut-Belkacem, Duflot,, Buzyn, ……)

  5. Balivernes… ensuite ells iront porter plainte car un conscrit leur a marché sur le pieds ou leur aura offert un bouquet de fleurs (ça c’est déjà vu !), le pire étant qu’un joyeux drille pratique le baise-main !
    Le danger de subversions et de submersions des commissariat semblent importants !!!

  6. j’ai bien aimé le passage sur la parité. Il y a des années que je dis qu’il y aura la parité quand il y aura 50% de femmes maçons et terrassiers sur les chantiers, pour ma part je n’en ai jamais vu!

  7. Le féminisme est au genre humain ce que la fin de l’âge glaciaire fut à la terre , une grande lessive , des millions d’êtres morts pour, en définitive RIEN ….

  8. Inscrivez les féministes aux Commandos de marine, futur commando « Jeanne d’Arc »; et les islamistes à la Légion Étrangère, pour un stage en Guyane.

  9. Merci Mr Florac pour vos propos si justes si pertinents avec toujours des références historiques. C’est mon petit bonheur quotidien de vous lire

  10. On attend plutôt ces féministes du côté de la loi immigration , contre les violences faites aux femmes , dans ce pays ou il y a pas mal à faire sur ce sujet , défendre et protéger les victimes de viols , protéger les fillettes de ces mariages forcées , ces femmes obligées de porter le voile , la liste est longue et le travail ne manque pas . Cette fête là ne les concerne pas qu’elles aillent donc jouer ailleurs .

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois