Ras-le-bol général. Après la grève des contrôleurs autour du week-end de Noël, des usagers, lassés par les mouvements de grève à répétition de la , décident de se rebeller. Ils encouragent les voyageurs à ne plus présenter leur billet lors des contrôles en gare ou à bord des trains.

En janvier, pas de billet

« Notre objectif est de montrer le ras-le-bol des clients […] en utilisant un mode d’action que la connaît bien et qui semble bien fonctionner : la grève. » L’association de voyageurs TGV Paris-Tours entend bien riposter aux quatre jours de grève lancés par les contrôleurs de la autour du week-end de Noël. Entre le vendredi 23 et le lundi 26 décembre, plus de 200.000 voyageurs ont ainsi été impactés par la suppression des trains. Certains ont même été contraints de fêter Noël loin de leurs . Pour se faire pardonner, la SNCF propose un remboursement de 100 à 200 % du montant du billet de train annulé. Mais aucun geste commercial n’a (pour le moment) été envisagé pour les usagers réguliers ayant souscrit un abonnement annuel de près de 600 euros par an. C’est donc pour ces voyageurs quotidiens, premiers concernés par les nombreux dysfonctionnements de la SNCF, que se mobilise l’association TGV Paris-Tours, collectif qui représente les 4.000 usagers réguliers de la ligne Paris-Tours. Elle demande notamment une indemnisation de 150 euros pour les abonnés ainsi que l’interdiction des pendant les fêtes et vacances scolaires.

Pour se faire entendre, ils lancent le mouvement « En janvier, pas de billet ».

Loin d’appeler à la fraude, l’association incite les usagers à ne plus présenter leur titre de transport au moment des contrôles. Comme il y a dix ans -  un mouvement similaire avait été mené avec succès -, elle propose aux voyageurs de se retrouver dans le wagon-bar et de faire front commun face aux contrôleurs. Avec cette « opération légale et symbolique », David Charretier, président de l’association, espère « mettre la pression à la SNCF » et obtenir une indemnisation conséquente des usagers, explique-t-il au micro de Sud Radio. TGV Paris-Tours, qui a déjà reçu le soutien des parlementaires d’Indre-et-Loire et d’usagers, souhaite une mobilisation des voyageurs au niveau national.

Les usagers réclament un encadrement des

Pour bon nombre des usagers, ces revendications semblent plus que légitimes. Comme l’explique l’entreprise elle-même sur son site Internet : « En tant qu'entreprise publique, la a pour mission de déployer une mobilité fluide et de porte à porte, partout et pour tous. » Or, en vingt ans, quatorze ont déjà été menées au mois de décembre. Et sur la seule année, l’iFRAP comptabilise vingt grèves, au niveau national et au niveau local. Un chantage d’autant plus insupportable qu’en 2021, la aura coûté 18,5 milliards d’euros aux contribuables, soit près de 276 euros par Français, selon l’économiste François Lenglet.

Pour lutter contre les nombreux dysfonctionnements de la SNCF, l’association TGV Paris-Tours réclame donc un « droit de grève à l’italienne ». Depuis une loi de 1990, les sociétés de transport transalpines ont interdiction – sous peine de sanction financière - de mener des mouvements de grève autour des fêtes (Noël, Pâques, la Toussaint…), pendant les vacances scolaires (dont les vacances d’été), aux heures de pointe et au moment des élections. Un encadrement qui permet de concilier droits des employés et droits des usagers. Alors que les récents mouvements de grève de la sont de plus en plus impopulaires dans l’Hexagone, l’exécutif devrait peut-être s’inspirer de l’exemple italien pour (enfin) encadrer le fonctionnement de la SNCF.

8899 vues

27 décembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

41 commentaires

  1. réponse du berger à la bergère. Car franchement on ne pense pas qu’à la SNCF is aient des problèmes de précarité

  2. Si l’UE servait à quelque chose de positif au lieu de se servir elle rendrait la loi Italienne sur les grèves obligatoire et la France l’homologuerait. Mais voila l’UE comme nos élus macroniens et proches qui en censurent rien de ce gouvernement (pas les rares autres) ne servent qu’à se servir et nuire un max aux citoyens.
    Bravo à cette association . Et si l’on créait une association nationale des usagers sncf (ne pas prendre l’intitulé pour nom et les initiales pour sigle : anus) pour faire pareil ?

  3. Bravo et soutien aux usagers privés de train …entre les grèves et les primes à certains notre pays est mal barré …..pauvre France !

  4. Mouais, sont bien gentils les « camarades grévistes », malheureusement l’aventure risque de tourner court pour eux. Refuser de présenter son titre de transport équivaut à ne pas en avoir, ce qui vaut assurément un PV. En revanche, une véritable contestation serait de voyager sans titre et de le crier haut et fort. Mais là… c’est la police qui intervient.

    1. Pour verbaliser, il faut connaître l’identité, qui elle, ne peut être demandée que par une personne assermentée (police, huissier) ceci, à ma connaissance. On n’est pas obligé de montrer son identité à n’importe qui.

      1. Très exactement, et j’ajouterais que je plains le contrôleur dressant procès verbal pour non présentation de billet au milieu des voyageurs tenant conseil dans la voiture bar du TGV

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter