Oui, l’Éducation nationale continue de décevoir, en France comme en Belgique. La sempiternelle guerre des méthodes de lecture ne semble pas s’intéresser à la réalité – vive la théorie “scientifique” – et le fameux “constructivisme” a encore de beaux jours devant lui.

Je vois de plus en plus d’élèves convaincus d’être des nuls parce qu’ils n’ont pas compris… ce que je n’arrive pas à comprendre malgré des années d’université ! La mode est à la construction du savoir par les élèves eux-mêmes et une amie professeur d’histoire m’a raconté sa dernière expérience.

Charlemagne, Napoléon, Churchill, Jules César, l’homme de Néandertal… chaque élève a pu choisir le sujet de son exposé. Jules César ? Non, pas Jules César car le programme ne prévoit pas d’étudier l’Antiquité, le programme fait un saut de la Préhistoire vers le Moyen Âge et, non, il ne s’agit pas d’élèves au lycée…

Tanguy et ses copains ont 10-11 ans, sont en CM et doivent “construire” leur connaissance de l’Histoire. Tanguy a choisi Charlemagne et a eu la bonne idée de soumettre le résultat de son très long travail sur Internet à sa marraine. Horreur! Des phrases sans queue ni tête, des mots que le gamin ne peut expliquer… et quant à situer Charlemagne dans le temps et dans l’espace… Pas besoin de savoir puisque TOUT est dans l’exposé construit par Tanguy ! Exposé entièrement “copié-collé” sur Internet.

Le “constructivisme”, ce n’est plus “associer des informations” mais c’est “redécouvrir toutes les connaissances”. Cette méthode scientifique de construction de l’ignorance n’est pas au goût de marraine. Elle lui a raconté Charlemagne, l’a situé dans l’histoire de l’Europe, a montré le rôle qu’il y a joué… Tanguy a été ravi de pouvoir écouter de belles histoires, a raconté en classe et a été applaudi. Grâce à une marraine enseignante enthousiaste, Tanguy et ses copains connaissent un homme important de notre civilisation et j’ose demander d’où vient cette “science” qui veut que des enfants “construisent” leur savoir eux-mêmes ?

Tout Wikipédia ne remplacera jamais l’enseignant qui raconte une histoire, qui explique un phénomène, qui sait se mettre au niveau de son public, qui répond aux questions, qui donne des bases à la construction d’un savoir. Les bases acquises, les élèves peuvent construire un savoir durable en faisant par exemple un résumé, un exposé, une conclusion, une application… Non, on ne construit pas une maison sans fondations !

10 avril 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.