Voyoucratie contre démocratie !

Les tragiques événements de janvier dernier, résultante du laxisme de nos gouvernements, n’ont pas éveillé les consciences. Notre société manque de repères et a perdu toute notion de civisme du fait de la permissivité de nos élus, encourageant davantage la voyoucratie que la démocratie.

Vente bradée de nos fleurons technologiques, augmentation des taxes sur les PME, nombre de travailleurs détachés avec leur concurrence déloyale sur les prix et leur non-cotisation à nos charges sociales (merci, Schengen) sont des facteurs du désastre économique.

Le problème des migrants a sa part de responsabilité dans notre société. La mise en place de quotas n’est rien d’autre qu’un appel d’air, et impose de fournir logement, couverture sociale… à des clandestins irrespectueux de nos lois mais laissés en liberté, souvent en zone de non-droit, entraînant pour certains leur radicalisation avec les conséquences connues. Devenir Français n’est pas un dû mais se mérite.

Un rétablissement de nos frontières est nécessaire. Notre économie se portera mieux si notre pays arrête de se soumettre à cette Europe technocrate, essaye de retrouver une liberté monétaire, sa souveraineté, et les Français du pouvoir d’achat.

L’Histoire nous rappelle la richesse de notre passé pour construire notre futur. À travers cet héritage, celui de la tradition, de l’âme française, notre patrimoine doit être sauvegardé. Par exemple, pourquoi vendre les serres d’Auteuil au nom de l’argent, ou transformer nos églises en mosquées ? Seule la religion chrétienne est ancrée dans notre pays au titre de sa haute valeur culturelle et pose les fondements de notre République.

La réforme scolaire est contraire à l’éducation qui fait aimer la France. C’est par le savoir et l’apprentissage que les élèves se forgeront un avenir. Notre langue, notre histoire sont des vecteurs social, culturel, économique et d’intégration.

Aujourd’hui, les Français les plus malheureux sont ceux qui aiment leur pays mais qui subissent la politique socio-économique, judiciaire, sécuritaire, scolaire désastreuse du PS, et le désarroi des décisions européennes contraires aux intérêts français. Le général de Gaulle a dit que “la nation française refleurira ou périra suivant que l’État aura ou n’aura pas assez de force, de constance et de prestige pour la conduire là où elle doit aller”.

Notre nation est descendue bien bas, mais ce n’est pas une fatalité, juste le reflet d’une succession de faits incohérents, donc impardonnables pour le peuple, au bon fonctionnement de notre République.

À lire aussi

Et maintenant, on va payer les élèves pour qu’ils daignent aller au lycée ?

Arrêtons ces réformes stupides qui tuent les fondamentaux des connaissances, jusqu’au poin…