Chers amis lecteurs,

Depuis quelques jours, voire quelques semaines, vous êtes nombreux à vous étonner des prises de position de Robert Ménard. Certains en font grief à Boulevard Voltaire. Une mise au point est donc nécessaire : si Robert Ménard est bien cofondateur, avec son épouse Emmanuelle, de Boulevard Voltaire, tous deux ont quitté la rédaction dès l’instant où ils ont été élus (mars 2014 pour l'un, juin 2017 pour l'autre). Toute autre décision aurait été évidemment contraire à la déontologie journalistique la plus élémentaire.

S'il fait partie de l'histoire de Boulevard Voltaire, Robert Ménard n’a donc plus aucun lien opérationnel avec la rédaction, ni formel, ni informel. Il n'a aucune part au capital puisque Boulevard Voltaire est une association totalement indépendante : très attaché à la liberté d’expression, il n’a jamais tenté, depuis son départ, et c’est tout à son honneur, d’influer sur la ligne de Boulevard Voltaire, ne s’est jamais plaint d’aucune publication et n’a demandé aucun traitement de faveur particulier. Ses prises de position n’engagent donc en aucun cas Boulevard Voltaire. Pas plus que la ligne, désormais, de Boulevard Voltaire ne l'engage.

À titre personnel, je suis en profond désaccord sur plusieurs de ses déclarations. J’ai eu, du reste, l’occasion de le lui dire de vive voix et en face, il y a quelque semaines, sur un plateau de CNews où il était question de drapeau européen sous l’Arc de Triomphe, de migrants et de passe vaccinal.

Certains d’entre vous m'écrivent pour me demander avec étonnement ce qui a pu susciter un tel revirement, forment l’hypothèse de tel ou tel calcul de sa part. Je ne sonde pas les cœurs et les reins mais, pour bien le connaître, je dirais simplement qu’il n’est pas homme de calcul. Je crois donc Robert Ménard pleinement sincère, il fait simplement partie de ces hommes affectifs à sincérités successives qui expriment sans fard ce qu’ils pensent au moment où ils le pensent, au gré de ce qu'ils ressentent. Je rajouterais, par ailleurs, qu’il est un pragmatique. Qui aime agir et se retrousser les manches, et ne peut supporter de rester trop longtemps dans le camp de ceux qui, faute d’être aux affaires, doivent se contenter de brasser des idées et de critiquer ; bref, le camp de l’opposition.

La vieille amitié qui nous lie reste, en ce qui me concerne, intacte. Je ne garde de lui que le meilleur : la reconnaissance d’avoir eu « l’intuition » Boulevard Voltaire, et celle de m’avoir appris l’exigence dans le métier de journaliste. Nos colonnes lui resteront évidemment toujours ouvertes, car nous avons à cœur de conserver ce qu’il a transmis à l’équipe, et établi comme principe fondateur de Boulevard Voltaire : l’amour de la liberté d’expression.

11938 vues

14 mars 2022 à 21:59

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

115 commentaires

  1. J’aime bien R. Ménard et je peux comprendre ses «  »errements » politiques, mais par contre je n’ai pas compris sa naïve crédulité envers la propagande pro-vaccinale contre le Covid et les mesures liberticides afférrentes.

    1. ce n nest pas de la crédulité il n est pas sot . il va juste essayer de bien se placer auprès du pouvoir du moment . après qu il ait affirmé que florian phillipot avait du sang sur les mains j ai compris l ignominie du personnage…

  2. Ménard est pragmatique comme Renaud Muselier, Eric Ciotti, qui se rapprochent du pouvoir pour toucher les subventions.
    La situation est trop grave pour que les Français accordent leurs suffrages à des « pragmatiques », des opportunistes, en fait de simples gestionnaires interchangeables. On a besoin de politiques de conviction sincères engagés prêts à prendre des risques, patriotes avant tout, capables d’une analyse intelligente et documentée de la situation dans sa complexité.

  3. il est clair que depuis que MENARD fréquente MACRON en privé , celui-ci a changé de camp , MACRON aurait-il proposé une place dans son gouvernement s’il est réélu ? A SURVEILLER

  4. L’arrivée de CNEWS dans le paysage médiatique fut salué par une audience spectaculaire. Depuis le départ de Zemmour et l’adoption du politiquement correct je ne regarde plus régulièrement cette chaîne. Peut on encore dire que les médias sont indépendants et impartiaux ? La sphère gaucho-wokiste terrorise les journalistes qui voudraient simplement dire la vérité. Avec l’interdiction des chaînes russes le pas vers la dictature médiatique a été franchi !

  5. ce personnage est trop girouette pour pouvoir lui accorder une confiance. c’est donc une bonne chose que les liens avec B.V. soient ceux que vous exposez … Ne changez rien

  6. Je suis extrêmement déçu par Robert Ménard pour son revirement à 180° que je qualifierais de Macronien. Mais cela n’engage que moi. Je peux le comprendre compte tenu de l’acharnement permanent de la sphère Gaucho-Wokiste qui arrive à terrasser les plus courageux patriotes. Chaque jour nous assistons au délabrement de nos valeurs historiques et leur remplacement par celles véhiculées actuellement nauséabondes. Est il encore possible d’espérer un arrêt de cette décadence ? that is the question !

  7. Merci de l’info. Je me disais aussi, bizarre, bizarre !! La Mairie de Béziers aurait reçue qq centaines de millions d’euros de la République Macron, au dessus de l’espérance… Si ça s’avère exact, je comprends mieux.
    A part cela Zemmour Reconquête, nouvelle Offre, nouveau Parti, peut recevoir la presque totalité des abstentionnistes des élections passées.
    Il faut leur dire d’aller voter. Zemmour sera au second tour, mais il ne faut pas baisser les bras….Il faut préparer les Législatives.

  8. Merci pour ces paroles éclairantes sur les tergiversations de Monsieur MENARD !
    « Sincérités successives » c’est bien trouvé !!!!!

  9. Je l’ai toujours trouvé très versatile et influençable, aucune surprise pour moi donc. Ce n’est pas lui ni quiconque qui modifiera ou influencera le vote pied noir. Espérons qu’il ne franchise pas l’ignominie en appelant à voter Macron.

  10. Très utile mise au point, merci Gabrielle Cluzel. En effet on se demande quelle mouche a bien pu piquer Les Ménard, principalement sur le grave problème de notre invasion par une autre civilisation. Nous ne sommes plus loin du point de non retour, et un peuple sain et lucide devrait unir toutes ses forces pour inverser cette tendance mortelle. Au lieu de ça, comme à Constantinople, on s’écharpe sur le sexe des anges alors que l’ennemi est dans la place. Notre « libanisation » a commencé, alors « Z »

  11. J’ai remarqué son revirement depuis la visite, l’an dernier, à Bézier, de mr Macron. Peut être un virus inconnu ???

  12. Merci pour cette mise au point car je pensais être le seul à ne plus comprendre ses prises de position

Les commentaires sont fermés.