À entendre les différents compétiteurs, nous sommes tous appelés à voter à la primaire de la et du centre. Les centristes pour le plus centriste, les droitiers pour le plus droitier, les cathos pour le plus catho… Mais aussi les progressistes pour le moins à droite et les patriotes pour le moins à gauche… Tous les électeurs français ont le droit de voter. Quel est donc le prix de ce droit ?

D’abord, payer deux euros par tour. Financer cette primaire.

Ensuite, s'engager sur l’honneur en signant la phrase suivante : "Je partage les valeurs républicaines de la et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France."

Enfin, bien sûr, aller voter. Participer à la réussite de cette primaire.

Passons sur l’aspect pécuniaire, plutôt symbolique. Le coût supposé de l’organisation du scrutin (huit millions d’euros) n’est sans doute qu’une goutte d’eau comparé aux fortunes de Kadhafi ou de Bygmalion.

Si l’on prend le texte à la lettre il faudrait, pour voter, partager les valeurs républicaines, les valeurs de la et les valeurs du centre. Contradictoires ? Le site primaire2016.org se garde bien de les préciser, ce qui nous aiderait à juger si nous y adhérons effectivement ou pas. Et puis s’engager pour l’alternance et le redressement de la France est-il compatible avec les valeurs républicaines de la droite et du centre ? À chacun de s’interroger, et de discerner.

Pourquoi, alors, aller voter ? Si l’on est adhérent ou même simplement sympathisant des Républicains, quoi de plus naturel que d’aller désigner son champion ?

Si l’on n’est ni adhérent ni sympathisant des Républicains, est-il bien raisonnable d’aller voter ? Car cette primaire, organisée par les Républicains pour les Républicains, a bien pour objet de désigner le candidat des Républicains aux prochaines élections présidentielles. L’ouvrir à d’autres partis permet de transformer la primaire des Républicains en primaire de la droite et du centre et de renforcer l’assise et la légitimité du futur candidat à la présidentielle. D’autant que tous s’engagent à faire allégeance au futur vainqueur. Deux des raisons pour lesquelles la plupart des partis de la droite et du centre n’y participent pas. Voter à la primaire, pour quelque candidat que ce soit, c’est bien donner crédit au futur candidat à la présidence des Républicains, quel qu’il soit. Là encore, à chacun de s’interroger et de discerner.

Bien sûr, on peut se hasarder à tous les calculs pour un vote utile, pour faire élire le plus mauvais adversaire de son champion, ou pour donner du poids à un perdant intègre. Estimer, avec Machiavel, que la fin justifie les moyens. Considérer comme bien idéaliste, voire hors sujet, la notion d’honneur en politique.

On peut aussi, simplement, se poser les questions : ces valeurs sont-elles les miennes ? Pourquoi veux-je voter ? À qui profitera mon vote ? Et, en citoyen libre et responsable, agir en vérité.

16 novembre 2016

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.