« Das Deutschlandlied » (« Le Chant de l’Allemagne ») fut écrit par August Heinrich Hoffmann von Fallersleben en 1796 et mis en musique par Haydn ! Au temps où l’Allemagne était l’Allemagne. La « chanson » devint en 1922 l’hymne national allemand. Le texte commençait par : « Deutschland, Deutschland über Alles » (« Allemagne, Allemagne par-dessus tout »). Ce n’est qu’après la guerre, en 1952, que certaines paroles furent changées à la demande du président Theodore Heuss, et la phrase citée plus haut fut transformée sur le modèle français en : « Égalité, droit et fraternité ».

L’Allemagne n’est plus par-dessus tout, mais au-dessous de tout. L’Allemagne est tragique depuis l’avènement d’Hitler jusqu’à nos jours. Hitler détruisit l’Allemagne, l’ et le monde, et sa fureur destructrice est perpétuée aujourd’hui, non par ses héritiers, mais ses descendants, se sentant éternellement coupables de ses crimes. Des descendants envahis par la haine de soi, au point de vouloir disparaître.

L’instrument de leur disparition sera donc cette société parallèle islamique qui s’est enracinée durablement et qui passe à l’offensive, utilisant la démocratie contre l’Allemagne. Selon les sites de réinformation, ce serait l’idée de Reiner Haseloff, président du land CDU. Chez nos amis d’outre-Rhin, la gauche et la droite ont idéologiquement fusionné. Lorsque, chez nous, l’on palabre sur le vote des étrangers, en Allemagne – efficacité oblige -, on passe à l’action.

Dans un premier temps, ce sont les sites de réinformation qui se sont agités avec véhémence. Les “pressetituées” ne pouvaient pas à nouveau dissimuler. Alors, elles relayent une laconique dépêche de la DPA (Deutsche Presse-Agentur) qui dit ceci : “Une élection générale dans le land Saxe-Anhalt doit se tenir le 11 mars prochain. Afin de familiariser les « et les migrantes » avec le système allemand, comme le déclare le directeur de l’Organisation pour la migration de Saxe-Anhalt (LAMSA) Mamad Mohamad, 14 lieux de vote seront ouverts à travers le land entre 10 h 00 et 18 h 00. Cependant, le résultat ne sera pas officiellement pris en compte.”

Par la démocratie, ils veulent briser la résistance allemande. Après avoir fait rentrer des millions de migrants, ils leur accordent une sorte de simulacre de droit de vote, sans doute avant de passer à l’étape suivante, par laquelle ils ne manqueront pas de marquer leur gratitude pour l’hébergement et les allocations généreuses. Jamais la phrase de Bertolt Brecht n’a pris autant sa signification : “J’apprends que le gouvernement estime que le peuple a trahi la confiance du régime et devra travailler dur pour regagner la confiance des autorités. Dans ce cas, ne serait-il pas plus simple pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ?”

13 février 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.