Brèves - 18 mai 2016

Voiture de police incendiée à Paris: Valls condamne les violences

Inaugurant mercredi soir dans son fief d’Evry, en Essonne, le premier d’une série de meetings pour imprimer sa marque, le Premier ministre Manuel Valls a condamné l’incendie d’une voiture de police quelques heures plus tôt à Paris, lors d’un rassemblement contre les violences policières interdit par la préfecture.

“Il y a donc le moment présent, avec des contestations violentes dans la rue. Ces attaques portées contre les forces de l’ordre, policiers ou gendarmes. Cette voiture de policier qui a brûlé cet après-midi à Paris et qui passe en boucle sur toutes les images”, a pointé le chef du gouvernement.

“Les casseurs derrière, qui mettent en cause les valeurs même de la République. Et donc parfois une forme de remise en cause de nos institutions et de leur légitimité.”

Une enquête ouverte, trois hommes en garde à vue

Une enquête pour tentative d’homicide volontaire a été ouverte mercredi après l’incendie du véhicule de police, dans lequel circulaient deux agents, par un groupe d’une quinzaine de manifestants anti-police. Trois hommes ont été interpellés et placés en garde à vue, a appris BFMTV mercredi soir.

Le PS a également condamné les violences dans un communiqué diffusé en début de soirée. “Le Parti socialiste condamne fermement ces actes et les insultes proférées à l’encontre des policiers, tout comme les violences et les incidents qui se sont multipliés ces dernières semaines en marge des manifestations contre la loi travail”, peut-on y lire.

La liberté de manifester “ne saurait être dévoyée par des individus dont le seul objectif est la destruction de biens et la violence”, estime le PS, pour qui “les forces de l’ordre, chargées de la sécurité de tous les Français, ont un rôle essentiel et doivent être respectées”.

À lire aussi

Deux hommes tués par balle dans un bar à Marseille

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleDeux hommes, âgés de 41 et 59 ans, ont été tué…