Vive la Russie ! Vive Poutine !

La condamnation de l’opposant russe Alexeï Navalny pour détournement de fonds a suscité, sans surprise, les critiques de l’ensemble de la classe médiatique française, accablant l’autoritarisme présumé de Vladimir Poutine. Or, il n’y a aucun élément probant permettant de voir l’empreinte du Kremlin sur cette décision de justice.

Il est souvent difficile de déceler le bon grain de l’ivraie dès lors que les médias évoquent la Russie, tant leur animosité envers Poutine est grande. Cette hostilité est tout autant politique que personnelle : le chef de l’État russe défend une vision du monde très différente de la démocratie libérale prônée par nos élites et incarne de surcroît la virilité des hommes d’antan, à rebours de la féminisation des sociétés occidentales.

À la chute de l’URSS, la politique libérale — sous domination américaine — de Boris Eltsine a eu pour conséquence la privatisation d’une grande partie des richesses du pays au profit d’intérêts étrangers et de quelques oligarques. Depuis son arrivée au pouvoir, Vladimir Poutine manifeste au contraire la volonté intraitable de rendre la Russie indépendante de l’Occident. Indépendante économiquement grâce à la création, notamment, d’opérateurs pétroliers et gaziers liés de près à l’État. Et indépendante culturellement puisque la société russe se construit aujourd’hui sur la base de valeurs traditionnelles que notre modèle démocratique n’a de cesse d’affaiblir, en raison de son refus d’imposer des contraintes aux libertés individuelles.

Cette évolution de la société russe fait l’objet d’un fort consensus au sein de la population et de ses dirigeants. Ainsi, il y a quelques semaines, les lois sur la protection de la famille et de la religion ont été approuvées presque à l’unanimité par les députés de la Douma.

L’orientation politique russe a contrarié la volonté hégémonique américaine en favorisant l’émergence d’un monde multipolaire. La Russie donc, mais aussi la Chine, l’Inde ou le Brésil n’entendent pas se soumettre à la volonté des États-Unis. Un monde nouveau dans lequel la France devra être soucieuse de ses intérêts nationaux sous peine d’être encore davantage affaiblie.

Contrairement à ce qu’affirment nos politiciens, de droite comme de gauche, la renaissance russe est porteuse d’espoir pour notre pays.

À lire aussi

Suppression des bourses au mérite : les mensonges de l’égalitarisme…

Le gouvernement a annoncé la semaine dernière son intention de supprimer les bourses au mé…