Editoriaux - Industrie - Justice - Religion - Société - 21 janvier 2017

Et maintenant, le viol des vieilles dames !

Au catalogue des paradoxes de notre époque, celui qui suit n’est pas le moindre : on trouve en effet réunis, dans une même société, des idées et des comportements qui, loin d’être faits pour cohabiter, devraient plutôt s’invalider structurellement et s’exclure mécaniquement.

Dans quelques siècles, si par chance nos successeurs ont retrouvé le bon sens que nous avons perdu, leurs historiens qui s’intéresseront à notre monde s’étonneront de voir qu’une société d’êtres humains a existé où les uns, cédant à tous les caprices de l’imagination, se sont mis en tête de ne plus manger un œuf en signe de respect pour la vie sous ses formes animales et végétales, tandis que d’autres ont sans cesse repoussé les limites de l’ignoble et de la barbarie.

Quelle autre époque peut se targuer d’avoir vu un multirécidiviste en liberté abattre de sang-froid, pour un motif dérisoire, un « vegan » sans gluten ?

L’abandon progressif de l’armature morale qui fonde une société bien portante nous conduit à voir repoussées constamment les limites de l’intolérable.

Ultime avatar de la loi du plus fort, version définitive du monstre à visage humain : l’agression, parfois mortelle, souvent sexuelle, des personnes âgées. Réputés sans défense, et éveillant à ce titre notre empathie et notre sollicitude, témoins des temps passés, représentants d’une sagesse forgée par les années, les « vieux » ont été jusqu’à récemment un sanctuaire intouchable et intouché. Dans la nuit du 12 au 13 janvier, dans l’Aisne, puis le mardi 17 du même mois dans l’Eure, deux malheureuses, âgées respectivement de 88 et 72 ans, ont eu, elles, le malheur de croiser la route de ces monstres que le modernisme produit désormais à échelle industrielle dans notre pays. Violées, volées, battues, torturées, et même brûlée pour l’une des deux, elles ont enduré le calvaire qui jette une honte définitive sur notre monde.

L’émotion légitime que cela suscite s’ajoute à l’inquiétude de voir se produire ces ignominies de plus en plus souvent si on ne prend pas la mesure de leurs causes. Au lieu de cela, on décuple les moyens de police et de justice pour tenter de canaliser, de plus en plus vainement, le déferlement d’une violence assumée devenue un moyen d’expression comme un autre. L’étude étiologique des racines du mal a pourtant été faite depuis longtemps par des gens intelligents, hélas connus de quelques initiés seulement. Le philosophe Louis de Bonald (1754-1840), dans un recueil de textes publié en 1819 sous le titre Mélanges, écrivait ceci :

Vous affaiblissez la foi des peuples aux grands principes de la religion ; il vous faudra multiplier les mesures de surveillance et de répression. Ce que vous épargnez en instruction forte et sévère pour l’enfance, vous le dépenserez un jour en rigueurs pour les hommes faits ; et parce que vous aurez porté la mollesse de Solon dans la morale, vous serez obligé de porter la dureté de Dracon dans la police.

En écho, le philosophe Gustave Thibon (1903-2001) confirme que “[la meilleure société] est celle où il y a un maximum de mœurs et un minimum de lois”.

À lire aussi

Marion Cotillard a “bravé la neige” ; les gilets jaunes aussi, mais pas pour assister aux défilés Chanel…

Que Paris Match produise un tel article, avec un tel titre, en plein désordre social, mont…