Editoriaux - 2 janvier 2014

Villacoublay, 1er janvier, 5 h 49. Cherchez l’intrus !

La bonne nouvelle de cette fin d’année a été assurément la libération du père Georges Vandenbeusch par ses ravisseurs nigérians. Une nouvelle qui a réjoui certainement des millions de personnes, conscientes du bien que cet homme répandait autour de lui dans le cadre de son ministère.

Comme le faisait pertinemment remarquer le père Javary, la veille sur i>Télé, « l’enlèvement n’est pas dû à un problème religieux, mais un problème de terrorisme ». Quand on sait que les ravisseurs ont été cambrioler les religieuses du village pour trouver de l’argent, on aurait tendance à considérer que c’est surtout un problème de droit commun… D’autant que l’enlèvement est devenu un business particulièrement lucratif dont les recettes permettent potentiellement de nourrir des tribus entières pendant des décennies…

La libération du père Georges Vandenbeusch par ses ravisseurs l’aurait été « par compassion ». Quand on sait le bien que cet homme solide et rayonnant répandait autour de lui, auprès des croyants et des incroyants, on aimerait adhérer à cette interprétation.

Lorsque ce dernier, fraîchement rasé, souriant, en impeccable tenue de clergyman, est descendu de son avion à Villacoublay, ce matin du 1er janvier à 5 h 49, plusieurs personnes l’attendaient, dont Mgr Gérard Daucourt, administrateur apostolique du diocèse de Nanterre, les pères Javary et de Woillemont, François Hollande et Laurent Fabius.

Si on peut comprendre la présence de son supérieur direct, du vicaire général du diocèse et du curé de la cathédrale de Nanterre, on se demande franchement ce que fichaient là le président de la République et son ministre des Affaires étrangères à l’issue d’une affaire de droit commun… Personne n’a vu François Hollande à la libération de Nicolas Bernard-Buss, ni non plus à la sortie d’hôpital de Samuel Lafont, ni à la libération de sympathisants de la Manif pour Tous après leur garde à vue…

Certainement que François Hollande, à peine remis de sa piteuse prestation de vœux, conscient de sa cote de popularité ectoplasmique dans l’électorat catholique, utilise les bonnes vieilles ficelles de communication pour se refaire une virginité…

Demain, combien de paroissiennes émues, la larme à l’œil, se diront « finalement, ce président, il n’est pas si mal… » ? Et l’autre enquillera gaillardement euthanasie, PMA, GPA, loi anti-famille comme si de rien n’était ! Plus c’est gros, plus ça passe ! Au moins, cette fois-ci, François Hollande a trouvé tout seul l’avion !

Restons sur la dernière image positive des trois prêtres se retrouvant sur le tarmac. Il y a de la graine d’évêque chez ces trois-là… et on pense irrésistiblement à la phrase attribuée à Malraux : « Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas. »

Sur la même photo, en arrière-plan, la calvitie naissante de François Hollande…

Sa contribution la plus authentique à ce jour de joie !

À lire aussi

11 novembre et 13 novembre : même combat !

La France a gagné la guerre et obtenu la paix car elle savait qui était son ennemi. Aujour…