Valls candidat à la présidence de la République, Cazeneuve Premier ministre : tout indique que l’antichristianisme (disons-le plus net : l’anticatholicisme) favorise les carrières dans la République qui est encore, pour quelques mois, celle de monsieur Hollande.

Pour Cazeneuve, on savait à quoi s’en tenir : “Évoquer les racines chrétiennes de la , c’est affaire, dit-il, d’une relecture historique frelatée qui a rendu la France peu à peu nauséeuse.” Au titre des travaux pratiques, le ministre de l’Intérieur, qui ces dernières semaines s’est démené comme un beau diable pour convaincre les municipalités réticentes d’accueillir des “migrants” (presque tous musulmans), jugeait l’année précédente “funeste” (apparemment, l’intéressé sait choisir ses adjectifs) la décision des maires de Rouen et de Belfort d’accueillir des chrétiens d’Orient.

En guise de pénitence, le pauvre homme a dû, en service commandé, passer le 15 août dernier à Lourdes, à la fois en raison de la menace terroriste et parce que son chef, en visite au Vatican deux jours après, voulait – campagne électorale oblige – faire un geste en direction des catholiques.

Quant à Valls, on ne saurait oublier comment, alors ministre de l’Intérieur lui aussi, il avait sauvagement réprimé les participants à – allant jusqu’à gazer des enfants en poussette. Il fallait bien qu’il montre, face à des manifestants qui ne se défendraient pas, sa virilité républicaine, lui qui, en tant d’autres circonstances, se refusa à interpeller les coupables de graves désordres (par exemple sur la place du Trocadéro, le 13 mai 2013). Croyant, comme il arrive, à sa propre selon laquelle ceux qui s’opposaient au mariage homosexuel étaient des ennemis de la République (alors qu’on pourrait aisément démontrer le contraire : la loi Taubira étant fondée sur une théorie fausse, la est antirépublicaine), il rafla et ficha sans vergogne des centaines de jeunes qui n’avaient rien fait de mal, mais dont tout laissait penser qu’ils étaient en majorité catholiques. Il fallait bien que ses coups de menton se dirigeassent contre quelqu’un. Faute que Robespierre et la guillotine soient à l’ordre du jour, le petit Premier ministre avait trouvé un terrain pour se faire son . En attendant la vague terroriste, du sérieux cette fois pour ce qui est de menacer la République, mais qui l’a vu, il faut bien le dire, moins flambant.

Les anticathos enragés n’ont pas tous connu de pareilles promotions : , pour qui “on ne pourra jamais construire un pays de avec la religion catholique”, est, lui, sur la touche. Il avait sans doute poussé trop loin l’esprit de système.

Il reste que ces promotions nous rappellent ce que fut la réalité du quinquennat de Hollande, cet homme apparemment placide et non sectaire. Elles nous rappellent, surtout, ce qu’est devenu, en France et dans le monde, le socialisme de basse époque ; oubliée la sociale : c’est dans l’impuissance qu’il laisse monter le chômage, qu’il fait des économies sur la famille et, donc, sur les enfants, qu’il met en accusation le vrai peuple sur le grief de “”. C’est l’idéologie qui a pris la place du dans tous les domaines : justice, éducation, gestion des territoires (voir ), (non-)politique industrielle, sur fond de mépris des “sans-dents”.

Contrairement à ce que certains croient (aussi bien Peillon que beaucoup de catholiques), ce n’est pas à un retour à l’anticléricalisme de la IIIe République que l’on assiste. Un anticléricalisme qui s’était bien apaisé : souvenons-nous que Léon Blum fut le premier chef de gouvernement français à se rendre à la nonciature. Les anticléricaux de la Troisième pensaient, à tort ou à raison, face à une Église pas toujours éclairée, défendre les droits de la raison. Aujourd’hui, c’est le contraire : les idéologies de toute sorte qui dénaturent la gauche conduisent à la déraison. Or, face aux idéologies, l’Église catholique a défendu, tout au long du XXe siècle où elles ont tant sévi, la nature et la raison. On ne le lui pardonne pas.

9 décembre 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Discipline sanitaire : l’inversion des pôles

La tradition française voulait pourtant que la droite soit le parti de l’ordre et de la di…