Najat Vallaud-Belkacem présidera les fêtes de Jeanne d’Arc, le 25 mai prochain à Rouen. Déjà, sur la toile, on s’affole. D’aucuns parlent d’insulte, de provocation, tandis que d’autres appellent au boycott ou au rassemblement contre la présence jugée inappropriée de la ministre des Droits de la femme. Pourquoi un tel remous ?

D’un côté, nous avons Jeanne. Née à Domrémy en Lorraine, elle est catholique. De l’autre, nous avons Najat. Née à Beni Chiker au Maroc, elle est musulmane.

Tandis que l’une s’est mise au service du futur roi de France Charles VII, l’autre s’est mise au double service de , président de la République française, et de Mohamed VI, roi du Maroc et commandeur des croyants.

Tandis que l’une porte le casque d’acier pour libérer les terres de France de la domination anglaise, l’autre porte le de la soumission sur les terres du Maroc.

Tandis que l’une a choisi pour destin de combattre à l’appel de Dieu, l’autre a choisi de pourfendre la au nom de la . Tout au moins en France.

Mais la colère suscitée ne se résume pas à ces quelques oppositions entre les deux femmes. C’est aussi peut-être avant tout le personnage plein de contradictions de Najat Vallaud-Belkacem qui alimente la polémique.

Elle qui s’estime « pleinement française, sans cacher ses racines sous le tapis » réfléchit avec sa tête en France et marche sur ses convictions au Maroc. Toujours prompte à dénoncer l’ ici, elle ripaillait en avril dernier avec Mohamed VI à Rabat, un homme dont la emprisonne les homosexuels.

Défendant avec force conviction la et refusant tout inégalité due au sexe ici, elle salue les avancées des droits des femmes au Maroc dont les conditions restent pourtant épouvantables.

Ah, une sacrée bonne femme, que cette Najat ! Heureusement pour elle, il y en a que ce déplacement sur le lieu du supplice de Jeanne ravit tout de même. « Jeanne d’Arc, première féministe en action et Najat, ministre des Droits des femmes, réunies le 25 mai à Rouen ! Quel magnifique symbole… », peut-on lire sur

Il n’en reste pas moins qu’inviter cette ministre de la République laïque et socialiste à un tel événement, c’est un peu comme affirmer que deux hommes ou deux femmes peuvent fonder une : absurde, insultant et contre-nature.

Si Najat avait croisé Jeanne il y a six siècles, il n’est pas sûr que notre ministre eût fini sa carrière sans coup férir !

24 mai 2013

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Un prêtre tabassé : qui en parle ?

Lundi 13 mai, un prêtre a été passé à tabac par des Maghrébins. Vous ne le saviez pas ? No…