Pour lancer le mouvement “Libres !”, nous invite à Argenteuil pour réinventer la droite.

Quelle drôle d’idée, serais-je tenté de dire.

Veut-elle en faire une copie de son surmoi de gauche ? Aligner la droite sur la gauche plurielle ?
Le point d’exclamation de “Libres !” est-il inspiré de celui d’« En marche ! » ? La précision, sur le carton d’invitation, en ce qui concerne le lieu de rassemblement – “face au 180 avenue de Stalingrad” -, serait-ce un message subliminal aux communistes ?

Je profite, d’ailleurs, de cette occasion pour dire aux “déboulonneurs” de statues, en pensant plus particulièrement à celle de l’humaniste abolitionniste Robert Edward Lee, qu’il serait temps de dévisser les plaques de rue qui concernent “le parangon de vertu” que fut Staline. Vaste programme, aurait dit de Gaulle. Sauf que pour les bonnes consciences, l’hémiplégie du raisonnement est fréquente…

Mais pourquoi réinventer quelque chose qui existe ? Là est la question.

Vous remarquerez que ceux qui veulent réinventer la droite ne le sont pas… de droite.

Macron est aux anges. Ces benêts répètent à l’envi qu’ils sont de droite, et surtout depuis son avènement (avant, ils préféraient se définir comme centriste…). Notre Premier ministre, ancien socialiste qui est devenu de “droite” par opportunisme après la cinglante défaite socialiste de 2002, avec ses compères Le Maire et Darmanin, fera ainsi porter à la vrai droite le chapeau d’une politique économique trop libérale.

La gauche peut se frotter les mains, elle peut légitimement penser qu’elle va rester encore longtemps au pouvoir.

Et ceci est d’autant plus vrai que le commun des mortels confond allègrement systèmes économiques et systèmes politiques. Pour lui, capitalisme et libéralisme économique définissent la droite.

Mais au fait, la droite, c’est quoi, au juste ?

Si l’on compare cette dernière à une maison, notre histoire, notre civilisation marquée par le christianisme, avec des accents grecs et latins, en sont les fondations. La famille, la propriété individuelle, la valeur travail, pour laquelle le loisir est la récompense, la liberté d’entreprendre, sous le contrôle de l’État afin que les gros ne dévorent pas les petits, l’instruction pour tous, l’éducation pour vivre ensemble, la responsabilité individuelle, le respect de la patrie et de ses symboles en sont les murs porteurs. La sécurité du citoyen et la défense de notre pays en constituent la toiture.

Sur cette base, la droite peut se revendiquer conservatrice, mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas changer de papier peint, qu’il ne faut pas s’équiper de la Wi-Fi, qu’il faut se priver de smartphone, qu’il faut rouler à vélo, bref, qu’il faut refuser de s’inscrire dans la modernité.

Madame Pécresse, ne perdez pas de temps à réinventer la droite, elle existe !

Ne transformez pas la maison de droite en bateau, sous le prétexte que vous préférez voguer vers des îles imaginaires. Rejoignez les “Constructifs”, qui ont voté la confiance à un gouvernement qui trompe les Français. Vous voulez réinventer la droite parce que vous n’en êtes pas.

Pendant ce temps-là, le fondamentalisme islamique utilise le cheval de Troie que constitue le tsunami migratoire pour s’introduire dans nos sociétés occidentales et profiter de l’aveuglement de nos gouvernants et de la grande majorité de nos médias, obéissant au politiquement correct.

Le Premier ministre polonais, de droite, qui défie Macron a bien raison lorsqu’il dit ceci : “Dans notre époque trouble, Auschwitz est une grande leçon qu’il faut tout faire pour défendre la sécurité de ses citoyens.”

Pendant que vous vous démenez pour faire perdre Laurent Wauquiez, “ce représentant de la droite dure”, et pour créer une maison sans fondations et sans murs porteurs, nos disciples de Daech jettent les bases du califat européen.

Si le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes est de la droite humaniste, vous, Mme Pécresse, vous êtes En marche ! sans le savoir.

C’est la gauche que vous réinventez.

28 août 2017

À lire aussi

Quand la droite sacrifie l’intérêt supérieur de la nation sur l’autel électoral

Il est urgent de changer de logique électorale et d'arrêter de répéter les éléments de lan…