Editoriaux - International - Table - 21 octobre 2016

USA : Barack Obama met fin à la bataille des toilettes

Président des États-Unis n’est pas une sinécure. Quand on se pense comme gendarme du monde, il faut être à la pointe. De tout. Du glaive comme des mœurs. C’est sans doute pourquoi le président Obama, arrivé en fin de mandat, multiplie les actions sociétales à fort retentissement.

Son cœur de cible : les toilettes.

Le 13 mai 2016, il signait ainsi une circulaire recommandant aux élèves d’“utiliser les toilettes correspondant au sexe auquel ils s’identifient, et non selon leur sexe de naissance”. On aurait tort de croire qu’il s’agit, là, d’un sujet anodin. Par ce geste, le président de la nation la plus puissante du monde (c’est elle qui le dit) engageait un conflit comme la fédération n’en avait pas connu depuis la guerre de Sécession : « la bataille des toilettes ».

Douze jours après la publication de cette circulaire (le 25 mai exactement), onze États portaient plainte contre le gouvernement pour ses mesures en faveur des personnes transgenre – dont l’usage à sexe variable des toilettes.

Comme on le voit dans l’actuelle campagne qui oppose Hillary Clinton et Donald Trump, ce qui se passe sous la ceinture est une préoccupation omniprésente, pour ne pas dire obsessionnelle, dans la vie des Américains. Héritage d’une nation de puritains qui est aussi le plus grand producteur au monde de films porno, mais bon, hein, l’Amérique est une terre de contrastes…

Donc, à un mois de son départ pour de nouvelles aventures, Barack Obama vient encore de plonger dans les toilettes. Bathroom, en anglais. Il a signé, la semaine passée, le BABIES Act, pour Bathrooms Accessible in Every Situation, c’est-à-dire « Toilettes accessibles dans toutes les situations ». Une mesure qui, cette fois, emporte l’adhésion générale, à savoir : au nom de la parité et de l’égalité, l’obligation d’installer désormais des tables à langer dans les toilettes pour hommes. Parce qu’ils le valent bien et surtout parce qu’ils veulent pouvoir changer bébé. Cette loi vise, bien sûr, les couples homosexuels, dont les pères ne peuvent pour le moment pas changer leurs enfants dans les lieux publics. “Le gouvernement doit davantage s’assurer que les bâtiments publics sont tolérants avec les familles. Aucun père ou mère ne devrait plus jamais avoir à s’inquiéter pour trouver un endroit en sécurité, hygiénique et approprié pour changer son enfant”, a dit le rapporteur du texte.

Ceci n’a peut-être aucun rapport avec cela, quoique… Je vous communique, néanmoins, cette dernière information que je viens d’apprendre : l’acte esthétique le plus pratiqué aux États-Unis par les dermatologues est… le blanchiment d’anus. Une mode héritée des actrices porno et qui s’est répandue dans toute la population.

Comme on dit là-bas, God Bless America!

À lire aussi

L’objectif d’Anne Hidalgo : faire de Paris un grand parc d’attractions !

On en pleurerait de bonheur s’il n’y avait un hic... …