Vous avez participé à la manifestation organisée par dimanche dernier : quel bilan en tirez-vous ?

Un bilan mitigé, mais moins catastrophique, après tout, que je ne l’ai craint un moment. Vers une heure et demie, dimanche, deux heures moins le quart, deux heures, et même abstraction faite du temps de cochon, j’étais persuadé que nous courions au désastre : il y avait relativement peu de monde sur la place de la Bastille, les différents groupes avaient du mal à s’agencer, l’organisation semblait laisser nettement à désirer, on voyait errer et beugler des hordes assez patibulaires.

Finalement nous avons été assez nombreux. Les uns disent cent vingt mille, les autres trente mille. Du côté de Montparnasse, le cortège était impressionnant. Il paraît qu’il y a eu des cris « Juif, ce pays n’est pas à toi ». Je n’ai aucune raison d’en douter mais j’ai passé quatre heures à cette manifestation, moi, sans les entendre. Il faut qu’ils aient été tout de même bien marginaux. Mais le pouvoir remplaciste ne manque pas de les monter en épingle pour compromettre les adversaires du Grand Remplacement, alors que ces cris et le genre de comportement qu’ils impliquent sont en grande partie le fait de remplaçants et de leurs amis pro-palestiniens. Le répugnant travestissement dieudonniste du Chant des partisans, en revanche, mes amis et moi l’avons bel et bien entendu. Quand nous avons été confrontés à lui de trop près, nous nous sommes retirés.

Pour la manifestation en général, il me semble qu’on peut parler d’un demi-succès. Pour le NON et pour l’In-nocence, en revanche, et donc pour moi, c’est un échec. Nous étions très peu nombreux et n’eussent été nos banderoles, NON AU CHANGEMENT DE PEUPLE ET DE CIVILISATION, nous aurions été invisibles. Comme d’autre part ont été préférées des interventions d’anonymes à celles des représentants des divers mouvements participants, je n’ai pas pu prononcer les quelques mots que j’avais préparés, et qu’on peut lire ici.

Que pensez-vous de ceux qui affirment que les manifestations ne servent à rien face à François Hollande ? Ne serait-il pas temps de songer à d’autres moyens d’action ?

Je ne fais que ça. Mais je ne m’adresse qu’aux Français qui pensent que le premier de tous les problèmes, le seul qui compte vraiment, au fond, parce que la suite ou la fin de notre histoire dépendent de lui, c’est le changement de peuple et de civilisation, la substitution ethnique et culturelle, le Grand Remplacement. À ceux-là je propose une structure, un point de ralliement et d’accumulation des forces, le NON, dont ils pourront faire ce qu’ils veulent, mais avant tout renverser le cours de l’histoire, mettre fin à la colonisation en cours. S’ils n’y viennent pas, je ne peux pas faire grand-chose de plus. Si l’obstacle, c’est moi, ce qui serait bien bête, ce n’en est pas un du tout parce que je suis prêt à m’effacer à tout moment pour que triomphe cette idée simple que je ne vois pas exprimer simplement ailleurs, NON au changement de peuple. Unis, nous pourrions encore tout empêcher, remplir les rues, gagner des élections, imposer des référendums, prendre le pouvoir, répudier les lois qui livrent la France et l’Europe pieds et poings liés à leurs conquérants, amorcer le grand reflux de la conquête dont notre pays et notre continent sont l’objet.

Ça y est, François Hollande a finalement clarifié sa situation personnelle à la tête de l’État français. Certains ont utilisé le mot “répudiation”. C’est exagéré ?

C’est surtout la France qui est répudiée. C’est le peuple français qui est répudié tous les jours, comme étant trop vieux, trop cher, trop blanc, trop chrétien, trop gréco-latin, trop juif, trop européen, trop raciste, trop lui-même, trop tout.

La justice a finalement statué sur la famille Dibrani, s’opposant à son retour. Leonarda menace de se tuer… Faut-il ignorer ses menaces ?

J’espère qu’elle pensera à remercier le personnel de l’Élysée.

28 janvier 2014

À lire aussi

“Peut-être souffrons-nous cette fois de ne pas avoir connu de visible défaite”

"Nous sommes victimes d’une invasion soft, comme tout le reste." …