Alors que nous devrions nous intéresser à l’histoire toute récente des Balkans pour comprendre ce qui peut nous arriver, les peuples de cette région suivent notre actualité pour maîtriser leur avenir, parce qu’ils ont gardé le bon sens et la prudence, à cause du régime de Tito, incapable d’assurer un avenir à ses citoyens autrement qu’en pilotant leur exode et en écrasant l’opinion non conforme à la vérité d’État, tout en faisant des concessions aux communautarismes.

La est entrée depuis le 1er juillet 2014 dans l’Union européenne ; certes, elle a reçu pour son développement avant son intégration quelques implantations de chaînes de montage automobiles, bénéficie d’une côte adriatique magnifique et bétonnée d’immenses hôtels sous capitaux allemands, construits pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine. Ce pays a dû faire allégeance à l’, tiraillé entre une droite catholique conservatrice et une gauche qui ne se pouvait marxiste et qui copiait nos socialistes. Cette gauche a petit à petit amené les mêmes débats sociétaux que chez nous. Mais c’était oublier que Tito avait gelé la pensée de ses peuples pendant quarante ans ! Essayer d’imaginer les débats sur l’avortement, le Pacs, le mariage homosexuel, l’euthanasie étalés soudainement sur la voie publique il y a cinquante ans chez nous. C’est ce qu’a promis d’apporter l’ en échange d’une intégration, droits de l’homme et libertés obligent…

Du coup, la société croate, habituée à l’oppression et à la résistance, a commencé à bien observer les « minorités silencieuses opprimées » et a suivi attentivement l’actualité sociétale française et la brutalité d’un gouvernement socialiste pour imposer sa loi sur le mariage pour tous, comme sa façon d’étouffer la « gangrène réactionnaire » de l’opposition. Au titre de la démocratie tant ressassée par l’Europe, les Croates ont obtenu, non sans manifester, avant l’entrée dans notre Europe, un référendum qui a fait inscrire dans la constitution qu’il ne saurait y avoir de mariage autre que celui d’un homme et d’une femme.

Le 11 janvier, la présidente élue de la Croatie appartient au parti conservateur. La manif pour tous a été audible et efficace extra-muros malgré la pression européenne sur la Croatie. Et surtout, les lois sociétales sont donc contradictoires en Europe.

Notre désintérêt pour les autres et notre pensée unique universelle se heurtent à des populations où la famille est le seul système social valide, garant de survie économique. Ce qui devrait nous poser question, car ils survivent correctement avec une économie en déroute — 25 % de chômage — grâce justement à la solidité de cette cellule de base.

Il n’y a pas eu à ce sujet d’information pour tous et pourtant a fait rayonner la France en Croatie, un pays que l’histoire ne nous a pas fait aimer et qui ne nous aime que très peu. Alors que, comme nous, ils mangent des grenouilles, des escargots et boivent et font du vin. L’histoire pourrait diviser des peuples et le bon sens les réunir ?

À lire aussi

La langue française, cause de nos divisions ?

Jouer sur les mots est un mode d'action de nos politiques, mais actuellement ils jouent su…