La une du dernier Charlie Hebdo suscite la colère des musulmans. On peut les comprendre : voir un homme et une femme nus courir sur la plage avec, comme titre, « Musulmans, dé-coin-cez-vous ! » est déstabilisant pour un croyant du Prophète. De même, on peut comprendre que les instances de l’ de France soient contrites (« marries » serait plus juste) de voir le maire de Cannes prendre un arrêté interdisant le burkini sur les plages de sa ville. Il n’y a, bien sûr, aucun lien de cause à effet entre Charlie Hebdo et Cannes, mais la concomitance des deux événements prête à sourire.

Ainsi les musulmans se sentent offusqués et même blessés par tant de règles mais aussi de liberté, surtout d’expression. C’est ce qui a sans doute amené le président du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), Marwan Muhammad, à lancer, le 11 août, sur les , une « alerte générale ». « Le pays vire à la pure folie politique et des millions de personnes risquent d’en faire les frais si on ne fait rien rapidement. » S’il faut comprendre que les musulmans pourraient être les premières victimes, on peut également supposer que les non-musulmans le seront aussi, par représailles sans doute. Pis. Il faut « faire pression » et « [sanctionner] toutes les personnalités politiques qui se servent des musulmans comme d’un paillasson électoral”. Dans la foulée, ce brave homme a blâmé l’arrêté du maire de Nice et porté plainte.

Ce que le président du CCIF semble oublier, c’est qu’ici, nous sommes en France, que la loi est (normalement) au-dessus des religions, qu’elle s’applique « erga omnes » (à l’égard de tous), quels que soient les opinions, les origines, le sexe, l’âge, la religion, etc. Il a oublié que vivre en France implique d’avoir des devoirs et ensuite des droits. D’ailleurs, dans les pays étrangers, la règle est à peu près la même, charia ou non. Quand des Occidentaux vont dans les pays musulmans ou ailleurs, ne sont-ils pas contraints de se plier aux us et coutumes du pays, aux lois locales, à la culture (prendre le voile pour les femmes) sous peine de sanction ?

On ne voit pas au nom de quoi les musulmans viendraient nous imposer leur loi (charia) chez nous. La France est un pays laïc qui respecte les religions. Elle possède une expérience historique qu’elle peut faire partager, car elle a su tirer les leçons des croisades, des guerres de religion et de la Révolution pour être une nation qui est, certes, apaisée, mais qui n’en reste pas moins grande. La France n’a aucune volonté d’imposer son modèle hors de ses frontières, mais elle entend que tout un chacun respecte ses lois et règlements intérieurs, que cela plaise ou non à Mahomet, à Shiva, Yahvé ou à “Skippy le grand gourou”. C’est pourquoi la réciprocité doit être la règle. Qu’ils respectent la loi française comme nous sommes obligés de la respecter chez eux et chez leurs « frères ».

15 août 2016

À lire aussi

Existe-t-il un deuxième exode rural ?

La tendance générale est à la désaffection des villages du rural profond qui se vident au …