L'information a été traitée par les médias comme un simple fait divers, et pourtant : la question de l'efficacité des mesures sécuritaires liées au plan Vigipirate alerte-attentat (son plus haut niveau) et de l'état d'urgence est passée sous silence !

Les faits remontent au dimanche 29 mai : à la sortie d'une discothèque située rue de Ponthieu à Paris 8e, à quelques encablures du palais de l'Élysée, un individu armé d'une arme de poing a réglé un différend en faisant feu sur un homme de 32 ans, le blessant grièvement, puis sur un fonctionnaire de de la brigade anti-criminalité (BAC), le blessant légèrement. L'auteur a réussi à prendre la fuite.

Inévitablement, il convient de se poser la question suivante : quelles leçons ont été tirées de l'attentat du pour que, quelques mois plus tard, en plein cœur de la capitale, un homme puisse circuler librement, porteur d'une arme, et s'introduire dans un établissement de nuit ?

Que cette fusillade, au stade actuel de l'enquête, ne puisse être rapprochée d'un éventuel acte de ne change rien à l'affaire. Le problème qu'il convient de dénoncer est que, malgré les effets d'annonce de nos dirigeants, la sécurité de nos concitoyens n'est toujours pas assurée par l'État, dont c'est une mission régalienne.

Combien de morts faudra-t-il pour que les préfets imposent une palpation systématique, voire l'installation de portiques de sécurité, à tous les établissements de nuit, sous peine de fermeture administrative ?

Combien de morts faudra-t-il pour que les mesures de bon sens, dont l'urgence n'a d'égale que l'impérieuse nécessité, soient enfin prises afin d'assurer la sécurité de nos concitoyens, en particulier lorsqu'ils souhaitent continuer à vivre le plus normalement possible, comme notre les y encourage ?

Autant de questions qui n'ont visiblement pas effleuré l'esprit des journalistes, qui semblent nier la gravité de ce qui se passe en France.

Il est temps, pour nos politiques, de prendre des mesures concrètes et de privilégier, enfin, l'action à la communication.

604 vues

4 juin 2016

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.