Une de Libération : faux bébé, vraie désinformation ?

1280px-Libération.svg

Vingt-quatre heures, seulement, après avoir relayé sans précaution l'information selon laquelle Israël aurait bombardé un hôpital gazaoui, Libération, le journal de la gauche radicale parisienne, est attrapé la main dans le sac de la désinformation. Cette fois, c’est pour avoir publié à sa une du 19 octobre une photo mensongère. On y voit un manifestant en colère brandir la photo d’un bébé en larmes sous les gravats sous le titre « Proche-Orient : Le spectre de l’embrasement ».

Sauf que, comme l’ont noté certains internautes attentifs, cet enfant n’a rien à voir avec l’explosion survenue le 17 octobre à Gaza : le même cliché avait déjà été brandi par d’autres manifestants au début du mois de février 2023, à la suite d’un tremblement de terre sanglant en Turquie. Mieux : le bébé en question n’a jamais existé, puisqu’il s’agit en réalité d’une image générée par l’intelligence artificielle !

L'intelligence artificielle au secours du mensonge réel

Sous les quolibets de ses lecteurs, le directeur de la publication du journal est resté droit dans ses bottes : « Beaucoup des pancartes brandies dans les manifestations du 17 octobre étaient en effet générées par IA, qui devient ces derniers mois le socle artistique de protestations […], explique-t-il sous la rubrique « Check News » de son propre journal titrée : Libé s’est-il rendu coupable d’une « fake news » en publiant la vraie photo d’un homme brandissant une image générée par IA ? Certains suggèrent que la vérification de ces pancartes devrait être la mission des services de fact-checking des journaux ou de l’agence photographique, poursuit Dov Alfon. Cela me semble être une bien mauvaise utilisation de nos ressources. » Traduction : vérifier nos infos, c’est bien, mais on n’a pas que ça à faire. Le patron de Libération admet, à la rigueur, qu’il aurait « probablement » fallu préciser qu’il s’agissait là d’une fausse image, mais bon, pas de quoi fouetter un chat... Une ligne de défense étonnante pour un média dont le service de « fact-checking » s’honore de traquer partout la moindre inexactitude, la moindre entorse avec la Vérité vraie.

Cet épisode - qui discrédite une nouvelle fois la presse bien-pensante mais porte également atteinte à l’ensemble de la profession – doit être replacé dans son contexte : celui du conflit israélo-palestinien. Sur le sujet, Libération a clairement choisi son camp et traite les informations à travers un prisme idéologique qui ne s’embarrasse ni de réflexion ni de prudence. Chaque récit accréditant sa vision du monde est accueilli comme parole d’évangile et peut dès lors être publié. C’est ce qu’on appelle le biais de confirmation.

 

Comment, sinon, expliquer l’empressement avec lequel le quotidien relaie les communiqués de presse du Hamas, organisation terroriste dont l’impartialité laisse pourtant à désirer ? « Au moins 200 morts à Gaza après un raid israélien sur un hôpital », alerte Libération, le soir du 17 octobre, dans un tweet supprimé peu après. On sait désormais que le nombre de victimes est largement inférieur à ce qui avait été annoncé, que ce n’est pas l’hôpital mais son parking qui a été touché et que les premiers éléments d'enquête incriminent, en réalité, une roquette lancée depuis Gaza, mais le mal est fait. La rue arabe s’est déchaînée, les synagogues ont brûlé, des « Allah Akbar ! » ont été scandés en plein Paris. Et si c’était cela, que Libération souhaitait ?

Jean Kast
Jean Kast
Journaliste indépendant, culture et société

Vos commentaires

37 commentaires

  1. Ma grand-mère disait toujours : « menteur comme un arracheur de dents ». Il faudra dire désormais : « Menteur comme un journaliste ».

  2. Ce qui est étrange c’est que peu de gens ont vu que le nom complet de ce journal est en réalité « Lberation de la vérité ». Liberation est libéré de la vérité donc interdit de la publier…Que reste-t-il à ce mauvais papier dont il vaut mieux ne pas se torcher tant il est sale ? le mensonge, l’invention, la fake news…. bref la gauche de 81.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois