« Un militaire, c’est comme un ministre : ça ferme sa gueule ou ça démissionne. » , favori de la primaire à , se voit déjà à la magistrature suprême. Sans attendre l’investiture, celui qui n’est qu’un candidat parmi d’autres entend mettre la grande muette au garde-à-vous. Sa biographie ne mentionne pas dans quelle unité il a accompli son service militaire il y a 35 ans, intermède entre Sciences Po et l’ENA. Aurait-il mal supporté les charmes de la vie militaire, sa simplicité, la rusticité et la promiscuité avec les Français, loin du Quartier latin et de la vie bourgeoise ? L’ancien ministre a-t-il mal vécu le contact avec les chefs militaires lors de ses passages à l’hôtel de Brienne et au Quai d’Orsay ? Ni le ministre de la Défense, ni le ministre des Affaires étrangères ne sont dans la chaîne de commandement militaire. Les généraux ne se privent pas de le rappeler sous les lambris dorés. Des esprits mesquins pourraient en concevoir quelques sombres vexations. La route est encore longue pour le prochain chef des armées.

Il y a cinq ans tout juste, Alain Juppé, alors ministre des Affaires étrangères de , encourageait l’intervention désastreuse en Libye, contre l’avis des spécialistes. L’ a « fermé sa gueule » et obéi à son chef sans discuter : le régime libyen s’est effondré, son chef a été tué, son outil militaire brisé et les rebelles ont pris le pouvoir. Les grands sponsors politiques de cette belle affaire sont restés taiseux et les bras croisés depuis, après que l’armée française a accompli sa tâche.

Un ministre est un politique. Un officier est un militaire. Même réduite à sa plus simple expression par des dizaines d’années de disette budgétaire et de baisse d’effectif, l’armée française n’est pas et ne sera jamais une milice politique au service d’un homme, d’un parti, d’une clique, d’un clan, d’un régime, d’une philosophie, d’un groupuscule ou d’une chapelle. L’armée française est au service de la , qu’elle soit royaume ou , que son chef règne ou préside, qu’importe. Un officier d’active est « propriétaire de son grade » ; il ne peut lui être retiré. Des politiciens sans scrupules voudraient pouvoir s’appuyer sur des seconds couteaux intermittents, une main de basses œuvres corvéable et peu regardante. Monsieur Juppé languit-il la milice ou le SAC ? Ou bien, par cette phrase hasardeuse, monsieur Juppé invite-t-il les militaires à renoncer à leur statut pour entrer en politique ? Certes, devant l’état calamiteux de la gestion du pays par des hommes comme monsieur Juppé depuis 40 ans, nombreuses sont les préoccupations parmi les officiers.

Certains ministres et hommes politiques devraient bien fermer leur gueule avant de l’ouvrir, ou démissionner. L’armée française est aujourd’hui plus populaire que la plupart des hommes politiques.

6 mai 2016

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

À lire aussi

L’année des 12 singes

L’enfermement conjurera le mal et le fera fuir. Il faut des sacrifices. …