La Poste vient de changer de patron, en la personne de Philippe Wahl. Un homonyme, chaudement recommandé, lui aussi, par le pouvoir. Il avait notamment le soutien de nombreux poids lourds comme Pierre Moscovici, son condisciple de et de l'ENA, ou encore Michel Sapin, un proche de toujours. Au passage, sa nomination est un joli pied de nez à Arnaud Montebourg, ministre de tutelle de La Poste qui soutenait un autre prétendant des marches de l’Est, Bruno Mettling, l'actuel directeur des ressources humaines d’Orange.

Ce changement de PDG arrive à un moment crucial de l’histoire de La Poste, confrontée à la chute des volumes de courrier qui hypothèque sa santé financière. Le bénéfice net a baissé de 8,5 % au premier semestre. Malgré une baisse de 0,3 % de son chiffre d'affaires sur les six premiers mois de 2013, La Poste compte sur une « légère croissance » cette année, la bonne santé du colis et de la Banque postale compensant le déclin inéluctable du courrier.

Créée par Louis XI, la Poste française est sans doute un modèle du genre, et l’image du facteur fait partie de notre paysage depuis des lustres, surtout en zone rurale. Ce qui pourrait ne pas perdurer, les énarques de La Poste voulant adapter les méthodes de distribution du courrier aux techniques américaines. On parle « d’industrialiser » La Poste avec des facteurs new look, multiservices et polyvalents, travaillant aussi bien pour La Poste que pour les collectivités locales. La Poste envisage même de faire de ses facteurs en Seine-et-Marne des experts d’assurance, chargés de prendre des photos des sinistres. Une partie du projet Facteo concocté en haut lieu vise à transformer leur emploi en les dotant d’un smartphone multi-applications.

Catherine Malaval, docteur en histoire, vient de signer La Poste au pied de la lettre, livre où elle évoque ces mutations du courrier qui rangeront bientôt notre facteur au musée des images d’Épinal. Déjà, il n’y a plus de facteurs aux Pays-Bas, la poste néerlandaise sous-traitant avec des livreurs de pizzas. Internet inonde la planète de ses mails, textos et autres tweets, et au guichet, La Poste n’affranchit plus guère le courrier manuellement avec des timbres dignes de ce nom. En 2013, pourtant, les facteurs sont toujours là avec leur sacoche, leur vélo, voire leurs skis dans le Jura et les Vosges, pour desservir les fermes isolées. Et créer, comme on dit encore, « du lien ».

67 vues

3 août 2013

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.