Editoriaux - Histoire - Internet - Politique - 22 juillet 2016

Un Niçois proposait sur leboncoin des « objets du massacre » !

Si ça n’était pas aussi tragiquement stupide et surtout obscène, on en rirait comme de la meilleure farce de l’été. Une farce qui démontre, une fois encore, combien Internet, merveilleux outil au demeurant, peut aussi être la vitrine et le vecteur de propagation de la bêtise la plus crasse.

Car c’est encore une histoire d’abruti. Celle d’un Niçois de 39 ans qui n’a rien dans le crâne, ne travaille plus à la suite d’un accident de deux-roues qui, il y a dix ans, a dû endommager sa cervelle déjà bien indigente, et qui passe ses journées à fumer du cannabis, vautré sur son canapé en rêvant sans doute de fortune et de célébrité.

C’est Nice-Matin qui rapportait lundi son arrestation. Fier de lui, ce glorieux imbécile a posté, au lendemain de l’attentat qui a endeuillé sa ville, une annonce sur leboncoin : “Objets du massacre du 14 juillet, prix à débattre.” Et comme il est malin, il avait laissé son numéro de téléphone. L’annonce comportait les photos d’une bague, d’une paire de lunettes et d’un drapeau, mais notre vendeur, bon commerçant, disait offrir aussi une vingtaine d’objets à la vente et proposait d’en envoyer la photo à toute personne intéressée.

Les cyber-policiers ont repéré l’annonce et arrêté l’abruti lundi soir à son domicile.

“Inconnu des services de police”, ce crétin magnifique n’avait pas de casier. C’est maintenant chose faite : jugé en comparution immédiate, il a écopé mercredi de 10 mois de prison ferme. Pour sa défense, il a déclaré aux policiers que les objets en question appartenaient en fait à sa famille, et affirmé au tribunal avoir “voulu faire de l’argent sur la folie et l’hystérie des gens, que c’était stupide”. Toutefois, fier de son quart d’heure de célébrité warholienne, il envoyait depuis le banc des prévenus “des bisous” à sa mère, présente dans l’assistance.

En guise d’excuse, cette sinistre andouille explique que “ce jour-là, il n’a pas pu voir sa psy, que d’habitude ça le réajuste”. Réponse de la présidente : “Monsieur, il y a des gens, ils ne sont pas réajustés, ils sont juste morts ce soir-là.”

Il y a toujours eu d’insondables crétins. On parlait autrefois d’idiots du village. Ils étaient plutôt gentils, encadrés par la collectivité. Ils n’allaient pas chez le psy pour se faire « réajuster », c’était le rôle de la famille et du voisinage. On leur confiait de menus travaux à la mesure de leurs possibilités et ils s’en chargeaient souvent avec fierté. On les voyait à la messe le dimanche, ils tenaient le stand de pêche à la ligne le jour de la kermesse. Aujourd’hui, ils ont Internet, la fumette, les psychotropes, les réseaux sociaux et le monde à leur porte ; en prime l’allocation pour adulte handicapé ou le RSA. Et puis leboncoin pour leur petit business.

Leboncoin : un site dont M. Sarkozy, ex-président de la République qui aimerait bien le redevenir, ignorait l’existence il y a peu de temps encore… C’est dire que nos politiques en savent encore moins sur le monde réel que les plus sombres crétins !

À lire aussi

Che Guevara sur les drapeaux de la CGT : adoration du totalitarisme ?

L’idolâtrie du Che est entrée depuis quelques décennies dans les gènes de la gauche propre…