« Ville cherche médecin à tout prix. Installation facilitée. » Depuis plusieurs années, les avis de recherche de médecins fleurissent sur... le bord des routes. Malgré les promesses de François Braun, nouveau ministre de la Santé, de trouver un médecin traitant pour chacun, de nombreux Français continuent d’être privés de soins, mettant alors leur en danger.

5 millions de Français sans médecin traitant

Code rouge. Des Ardennes à l’Allier en passant par la Mayenne, médical manque cruellement de bras et de moyens. Des services et cabinets ferment les uns après les autres sur l’ensemble du territoire. Dans l’Allier, la situation devient critique. À Montluçon, la dernière pédiatre du centre hospitalier a décidé de jeter l’éponge. En cause, une charge de travail devenue intenable pour la jeune médecin. « Maintenant, pour la pédiatrie, on va devoir aller à l’autre bout du département ou à Clermont », déplore, auprès de Boulevard Voltaire, Clélia Touzéry, une habitante du bassin montluçonnais qui a manifesté ce week-end pour réclamer le maintien du service pédiatrique. « Nous ne manquons pas seulement de pédiatres, ajoute Clélia, engagée dans l’Association de citoyens contre les déserts médicaux (ACCDM). Pour tout le bassin, nous n’avons par exemple qu’un seul endocrinologue-diabétologue. » Elle confie : « Étant diabétique, je ne suis pas suivie à Montluçon mais à La Châtre, à près d’une heure de route. » Clélia se résigne désormais à parcourir plus de 100 kilomètres pour se faire soigner. Autre département, même détresse. Dans les Ardennes, les patients s’inquiètent de la possible fermeture de la maternité de Sedan. « À cause des restrictions budgétaires et de la volonté de fusionner les hôpitaux, certaines femmes devront faire plus de 50 minutes de route pour accoucher », s’inquiète Michèle Leflon, médecin généraliste, membre du Comité de défense des hôpitaux des Ardennes. Le cas de Sedan est loin d’être isolé. En France, ce sont près de 10 % des maternités qui sont d’ores et déjà en situation de « fermeture partielle », souligne le syndicat des sages-femmes ONSSF.

La médecine de ville n’est pas non plus épargnée. « Même Paris est concerné », nous rappelle un membre de l’ACCDM. Avec la baisse constante du nombre de généralistes – moins 11 % entre 2010 et 2022, selon le Conseil national de l’ordre des médecins – et le vieillissement des professionnels, de plus en plus de cabinets ferment leurs portes, faute de remplaçants. Plus de cinq millions de Français n’auraient pas de médecin traitant. Ainsi à Evron (Mayenne), début septembre, après le départ de trois médecins, une centaine de personnes ont patienté pendant plusieurs heures en espérant pouvoir être inscrits auprès du nouveau médecin généraliste de la ville. « Ce n’est pas normal que des Français soient obligés de faire la queue pendant plusieurs heures pour avoir un médecin », réagit Carreric, le responsable de l'ACCDM que nous avons interrogé.

Des Français privés de soins

Les conséquences peuvent être désastreuses. « Des Français qui vivent en zone de désert médical ne peuvent plus être soignés et vont donc avoir une vie moins longue », s'insurge Carreric, très engagé dans la lutte contre les déserts médicaux auprès des parlementaires. « Pour un rendez-vous d’ophtalmologue d’urgence, j’ai dû faire près de 400 kilomètres en une journée », témoigne Clélia. Un trajet loin d’être accessible à tout le monde. « Mon drame, c’est de voir des patients en défaut de soins parce qu’ils n’ont plus de médecin », nous dit Laure Atru, médecin spécialiste de la Sarthe, contrainte de se substituer aux généralistes de son département.

Plusieurs médecins et patients demandent aux pouvoirs publics de se saisir de ce sujet. Auprès des parlementaires, ils réclament notamment une meilleure régulation de la profession médicale et un conventionnement sélectif. « Mais il faut du courage pour agir contre la désertification médicale », glisse un médecin joint par Boulevard Voltaire. Pas sûr que ce soit le fort du gouvernement en place…

4718 vues

19 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

37 commentaires

  1. J’ai laissé mon médecin traitant et mon cardiologue à Chartres, croyant que la région parisienne serait mieux dotée en médecine et en spécialistes. Même la médiatrice de La sécurité sociale, m’a avoué qu’elle était impuissante à me trouver un médecin traitant dans L’Essonne, alors, je dois faire 80 kms aller et 80 kms retour à chaque fois que je dois faire un renouvellement de mon ordonnance.
    Par contre, je reçois des messages journaliers pour le suivi de mes vaccins et l’on m’invite fortement à faire régulièrement des rappels, cherchez l’erreur.

  2. Je vis en secteur rural ,j’ai eu la chance de trouver un médecin traitant à quelques kilomètres,dans la sous-préfecture voisine , 9 kms,aucun cabinet n’accepte de nouveaux patients,idem pour les spécialistes ,même au petit hôpital,j’ignore ou trouver un ophtalmologue.
    Certains hôpitaux sont d’une saleté repoussante, l’ameublement est totalement détérioré,par manque d’effectif pas de chambre individuelle alors que cela est inclus dans le contrat de mutuelle complémentaire.
    Il est bien certain qu’en ce dernier quinquennat les problèmes sanitaires ne seront pas une priorité pour Macron,un sujet qu’il n’a jamais abordé,en dehors du Covid 19.

  3. Tout cela est prévu de longue date, et pas seulement par le khazar Sarkozy . Nous avions une des meilleures médecines au monde, il fallait donc la tuer pour le seul profit de ceux qui veulent le grand reset, y compris médical. Prix de l’essence et centaines de km à faire pour des heures d’attente aux urgences vont décourager de plus en plus les malades qui n’auront plus le choix qu’entre l’auto-diagnostic, et la télémédecine. Pas mieux que dans la brousse !

  4. « Dans les Ardennes, les patients s’inquiètent de la possible fermeture de la maternité de Sedan. » C’est Sarkozy qui a donné les premiers coups de pioche avec sa fameuse « révision générale des politiques publiques » qui consistait à supprimer tout ce qui marchait (les maternités privées, en fait) en les soumettant à des quotas et ainsi renforcer l’hospitalo-centrisme. Bonjour les dégâts. Mais aussi, plus antérieur, le numerus clausus des médecins, grande idée de la Sécu (un médecin, ça coûte cher et ça prescrit), approuvée par la tutelle et l’Ordre.

  5. Il ne restera plus qu’à exiger la vaccination covid pour être soigné à l’hôpital sachant que les urgences faudra faire la queue 3 jours… Au bout du compte il restera que les amis de la macronnie en vie alors …je doute qu’ils restent riches vu comme ils sont incapables… même de faire à manger et je parle pas de cultiver..
    Bah on se passera de médecins

  6. Une étude avait eu lieu aux Etats-Unis il y a une dizaine d’années. Pendant leur grand congrès de cardiologie annuel ils avaient remarqués que la mortalité cardiaque avait nettement baissé pendant cette semaine où les services de cardiologie tournaient a minima. Je n’ai pas vu de médecin depuis 26 ans et je m’en porte très bien.

  7. Quelle nouvelle ! J’ai attendu 7 mois pour avoir un rendez-vous avec un Dermatologue alors que je suis à 7 Km d’Avignon et que ces médecins partis en retraite, n’ont pas été remplacés.

  8. Outre les départs à la retraite qui n’ont pas été anticipés, rappelons nous le numérus-clausus imposé par Madame Barzac à l’époque du président Chirac, il y a aussi tous ces médecins qui ont voulu soigner au début de l’arrivée du Covid, qui ont eu de bons résultats, mais ont été ou sont toujours interdits de prescrire. Honte à ce gouvernement, au conseil de l’ordre et à tous ceux qui participent du déclin de la France. Un grand merci par contre à tous ceux qui sont restés fidèles au serment qui les lie à leur devoir de patricien.

  9. C’est ce que l’on appelle « la sélection naturelle » définie par un autre nom en d’autres temps!

    1. Ne croyez pas ça. Ce n’est pas d’argent dont les hôpitaux ont besoin, mais de bonne gouvernance. Comme la Sécu.

      1. Mais cela n’exclut pas que l’immigration nous coûte fort cher et entraine vers le bas l’économie nationale!

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter