Le envisage de dépenser plus de 2,5 millions d’Euros pour rémunérer des « cyber-communicants » chargés de traquer les contre-vérités qui fourmillent sur les réseaux sociaux et les blogs, gangrénés par les euro-sceptiques, les populistes et tous ceux qui ne disposent pas du niveau culturel requis pour apprécier à sa juste valeur l’action de l’Union.

Une démarche pédagogique salutaire s’il en est, et pourtant aussitôt raillée et dénoncée comme de bien entendu par la réacosphère, mais également par certains habituellement défenseurs de la tolérance et de l’humanisme. Le déclin de la conscience européenne est que tel que celui que nous considérions comme notre maître à tous, , la déontologie faite homme, l’honneur du métier de journaliste, n’est même pas monté au créneau pour soutenir la démarche pédagogique et didactique de l’Union. Nicolas Domenach ? Silencieux. Christophe Barbier ? Absent.

Alors, aux grands maux les grands remèdes : puisque l’Euro est « irréversible » selon , puisque l’ est promise à la vie éternelle (les nazis n’étaient que des petits joueurs, leur grand Reich devant durer à peine 1 000 ans…), les citoyens des États membres doivent s’européaniser aussi, de gré ou de force. Et pour cela, rien de tel que les conseils d’un grand démocrate, méconnu et bien souvent calomnié, un humaniste, un philanthrope, je veux parler de notre jeune camarade de Corée du Nord qui a (presque) publié le communiqué de presse suivant :

« La République Populaire Démocratique de Corée apporte son soutien à l’initiative du Parlement européen et de son Président, l’honorable Martin Schulz, qui s’engage enfin fermement dans la lutte contre le déviationnisme et la dissidence. Le Parlement européen s’était par le passé livré à une inqualifiable provocation dans sa résolution du 6 juillet 2006 sur la prétendue “liberté d’expression sur Internet”, en qualifiant la République Populaire Démocratique de Corée d’“ennemi de la Liberté d’expression” et en demandant “au Conseil et aux États membres de l’Union de se mettre d’accord sur une déclaration commune confirmant leur engagement vis-à-vis de la protection des droits des internautes et de la promotion de la liberté d’expression sur Internet dans le monde entier”. La République Populaire Démocratique de Corée constate avec satisfaction que l’Union européenne a renoncé aux valeurs réactionnaires dont se prévalent les petits bourgeois et les proto-fascistes. La “liberté d’expression” n’est qu’un concept façonné par les ennemis du peuple : celui-ci doit être rééduqué par tous les moyens en éradiquant tout attachement à ses anciennes superstitions nationalistes. »

« Nous ne détruisons pas nos ennemis, nous les changeons » 1984, George Orwell.

18 février 2013

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Ceci n’est pas une femme !

Cette affaire illustre une énième fois la niaiserie profonde de ces prétendues féministes.…