Editoriaux - Politique - Union Européenne - 8 novembre 2015

Les trois fractures qui annoncent l’écroulement prochain de l’Europe

La première est le rejet, par la majorité des peuples, du système économique. L’effondrement des valeurs morales, conforté par la mondialisation, a fini par faire du capitalisme une voyoucratie sans précédent. Les gens en ont marre de la clique qui s’en met plein les poches alors qu’ils ont de plus en plus de mal à boucler leurs fins de mois. D’être les victimes de la précarité de l’emploi ! D’être considérés au travail comme le dernier des chiens ! D’être de plus en plus trompés sur la qualité des produits qu’ils achètent !

Ils veulent un système qui, enfin, les respectera et fera preuve d’un minimum de morale. Or, l’Europe a été envisagée sur un système économique qui fait fi de leur dignité parce que sa seule raison d’être est le profit. Et le profit, par essence, est exclusif de l’intérêt général.

La seconde fêlure est l’inadéquation entre les peuples et les gens censés être leurs dirigeants. Or, jamais ceux-ci ne se sont posé la question qu’ils auraient dû, eu égard à leur fonction, se poser : que veulent les gens avant tout ? Ils auraient alors compris qu’ils veulent un toit au-dessus de leur tête, quelque chose dans leur assiette, un travail qui les assure d’une longue stabilité, une vision d’avenir sereine pour leurs enfants et quelques distractions. Cela est peut-être trivial, mais c’est comme ça ! Et ce n’est pas tout : ils veulent aussi qu’on leur “foute la paix”. Ils ne veulent pas qu’on bouleverse leur cadre de vie dont ils tirent ce qu’il leur reste de stabilité, de bonheur et d’identité. Ils repoussent la philanthropie hypocrite imposée par leurs dirigeants. Ils sont convaincus n’être en rien responsables du malheur de peuples qui, par leur bêtise bornée, ont refusé le vivre ensemble. Vous les dites frileux ? Et alors ? Pourquoi devraient-ils, en quelques jours et sans avoir été consultés, accepter une civilisation qui n’a rien à voir avec la leur ? Le voilà, le grand fossé d’incompréhension qui sépare les peuples d’Europe et leurs responsables politiques.

La troisième et dernière fêlure est d’ordre géographique. On pourrait la qualifier de fêlure Oder-Neisse parce qu’elle sépare l’Europe de l’Ouest de l’Europe de l’Est. Nos grands esprits ont été outrés de voir la Hongrie hérisser une barrière, outrés que tous les PECO 1 aient refusé des quotas de migrants, et ont été étonnés du succès récent des conservateurs en Pologne. Ils ont oublié que cela ne fait qu’à peine une génération que ces pays goûtent à leur liberté, sur leur sol à eux, après tant de siècles de servage. Alors aujourd’hui, ils devraient, parce que la plus grande puissance à l’Ouest en a décidé ainsi, être encore forcés d’ouvrir leurs portes ? Cette ignorance historique commence à forger dans les pays de l’Est l’idée que l’Europe n’est en fait, après l’URSS, qu’une nouvelle forme d’intégration impériale. C’est cette intuition, d’ailleurs, qui avait expliqué le très faible taux de participation lors des référendums d’adhésion en 2004 2.

Il est donc extrêmement urgent que les politiques comprennent enfin qu’« il n’est de richesse que d’hommes », comme l’a dit Jean Bodin. L’Europe pourra alors éviter son écroulement et servir de modèle au monde par son nouvel humanisme. Mais il faut vraiment se forcer pour y croire ! !

Notes:

  1. PECO : pays d’Europe centrale et orientale.
  2. Le taux de participation avait été de 56 % en moyenne.

À lire aussi

Ni patronat, ni syndicats, mais de l’efficacité consensuelle !

Comme il se doit, FO affronte la CGT et le 12 septembre, la CGT affrontera la loi en défil…