En général, je lis avec plaisir les articles de Gabrielle Cluzel, bien que nous n’ayons sans doute pas les mêmes choix philosophiques. Je les apprécie d’abord car ils sont bien écrits et qu’ensuite ils me forcent à réfléchir et à forger mes propres arguments. Aujourd’hui, je choisis de lui répondre car son article sur la me touche directement : je suis, en effet, père d’une jeune femme trisomique.

Disons, tout d’abord, que le petit film qui suit son article sent bon les associations farouchement anti-IVG qui fleurissent aux USA. En France, nous en avons aussi, dont la fondation du professeur Lejeune, très proche du Vatican.

Revenons à la question posée dans cet article : une vie de trisomique vaut-elle d’être vécue ? Allons même plus loin : toute vie vaut-elle d’être vécue ? Les réponses toutes noires toutes blanches sont trop faciles et manquent un peu de profondeur. J’invite madame Cluzel à visiter les institutions qui s’occupent de ces enfants et d’adultes, elle pourrait se forger une opinion autre qu’idéologique un peu plus équilibrée. À n’en pas douter, pour ceux que nous voyons dans ce petit film, la réponse est oui, au moins dans nos sociétés occidentales très soucieuses, quoi qu’on dise, de ses handicapés de la génétique. Malheureusement, ces jeunes de divers pays ont manifestement été soigneusement choisis et la réalité est rarement aussi angélique.

Lorsque l’on se demande si toute vie vaut d’être vécue, il faut aussi penser à celle des parents, des frères et des sœurs car, dans certaines situations, la question devrait être : faut-il abîmer irrémédiablement plusieurs vies pour qu’une autre soit vécue ? La réponse n’est jamais simple, et bien malin celui qui pourrait en donner une en toute généralité. C’est pourquoi, personnellement, je laisse ce choix à chaque parent concerné à condition - et c’est très important - qu’il soit bien informé.

Et c’est là que le bât blesse dans ce clip vidéo. Il laisse croire que tout trisomique va avoir une vie comme celle qui est présentée ici. J’entends, d’ici, les parents abattus par la nouvelle : « Finalement, ce n’est pas si terrible, ils s’expriment bien, on pourra communiquer, à part la figure, ils sont comme nous, ils peuvent faire des tas de choses, etc. » C’est malheureusement loin d’être toujours le cas et je pense même pouvoir dire que ces cas sont exceptionnels.

Alors, des tas de raisons peuvent faire qu’un couple choisisse de garder un fœtus avéré trisomique. Des raisons religieuses entre autres, mais qu’on le dise franchement. Ce clip relève de la désinformation ou de la propagande et le CSA a, sans doute, bien fait d’émettre des réserves, bien légères d’ailleurs. La polémique est facile, et dire qu’une décision est bâclée lorsqu’elle ne va pas dans le sens de ses idées est trop facile...

172 vues

2 octobre 2014

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.