Le son du canon s’est fait à nouveau entendre aux limites du pseudo-État du Kosovo, non reconnu par l’ONU ni, au sein de l’Union européenne, par l’Espagne, la Grèce, la Roumanie, la Slovaquie et Chypre, pas plus que par la Serbie, pour qui le Kosovo est le berceau de la nation, notamment sur le plan spirituel. Ce territoire reste donc un point d’instabilité dans les Balkans.

Rappelons que la résolution 1160 de l’ONU du 31 mars 1998, point 5, stipulait que « le règlement du problème du Kosovo doit reposer sur le principe de l’intégrité territoriale de la république de Yougoslavie […] et exprime son appui à un statut renforcé pour le Kosovo qui comprendrait une autonomie sensiblement accrue et une véritable autonomie administrative ». Il n’était nullement question d’indépendance. Mais les États-Unis n’en eurent cure. Dès le 24 mars 1999, l’OTAN bombardait la Serbie sans mandat de l’ONU et, donc, en pleine illégalité internationale.

La justification de cette intervention était un prétendu plan d’épuration ethnique contre les populations d’origine albanaise, baptisé « fer à cheval ». Or, celui-ci avait été monté de toutes pièces afin de justifier l’intervention armée. « Révélé » par le ministre allemand Rudolf Scharping en avril 1999, soutenu par le porte-parole de l’OTAN de l’époque Jamie Shea, ce « plan » n’était qu’une manipulation grossière qui fut dénoncée, dès fin 1999, par le journaliste Daniel Pearl, du Wall Street Journal, suivi par le Spiegel, le 10 janvier 2000. Dans un article de la Revue du crieur de février 2019, Jean-Arnault Dérens et Laurent Geslin ont qualifié cette fausse nouvelle « d’archétype des fake news diffusées par les armées occidentales reprises par tous les journaux européens ».

Qu’importe, les États-Unis voulaient la guerre, l’indépendance du Kosovo et leur base militaire Bondsteel. Le sous-secrétaire d’État pour les affaires politiques, Nicholas Burns, était sans ambiguïté : « Les États-Unis soutiennent fortement l’indépendance du Kosovo », déclarait-il, le 11 mai 2007. Lors de la déclaration unilatérale d’indépendance du Kosovo, le 17 février 2008, il affirmait : « Nous considérons comme très positif le fait qu’un État musulman, un État à majorité musulmane, ait été créé aujourd’hui. » L’Agence internationale de presse coranique soulignait alors que les USA « pousse les États arabes et musulmans à faire preuve de solidarité avec les musulmans du Kosovo ». Et ajoutait que « les médias occidentaux, y compris américains, débordent de préoccupations liées à la création d’une enclave musulmane au sein d’une Europe qui pour l’instant (sic) demeure majoritairement chrétienne »(24/2/2008).

Il est probable que les chrétiens du Kosovo ne partagent pas l'enthousiasme de M. Burns. Depuis 1999, 135 églises, couvents et monastères ont été détruits au Kosovo. La KFOR (force de l’OTAN) se montre d’une consternante inefficacité pour protéger les édifices chrétiens.

Mais il y a aussi les hommes. Un rapport de Dick Marty du 16 décembre 2010 au Conseil de l’Europe révéla que des prisonniers serbes avaient été transférés en Albanie pour y être assassinés afin de prélever leurs organes pour les revendre. Ce trafic immonde, connu dès les années 1998/1999, fut occulté par l’OTAN et les médias occidentaux afin de ne pas ternir l’image du Kosovo. La réalité de ces crimes fut confirmée en 2014 par le procureur John Clint Williamson. Quant au Premier ministre kosovar qui proclama l’indépendance en 2008, Hashim Thaçi, il fut inculpé de crime de guerre et de crime contre l’humanité par le tribunal spécial pour le Kosovo le 5 novembre 2020.

Aujourd’hui, cette enclave islamique reste un lieu d’instabilité et de troubles. Les minorités serbe et tzigane, chrétiennes, y sont perpétuellement menacées. C’est, en outre, un foyer de corruption et de crime organisé, comme le reconnaît l’Union européenne qui, néanmoins, déverse ses largesses sur ce territoire, soit au travers de prêts de la BEI [Banque européenne d'investissement, NDLR], soit par des accords signés par la Commission (par exemple, le programme cadre Horizon du 23/3/2022).

Tout cela conduit à s’interroger sur le rôle des États-Unis et de l’OTAN depuis la fin du communisme en Europe. L’Alliance, facteur de stabilité et de paix durant la guerre froide, est devenue une des sources de risque en Europe. L’article 5 du traité de l’Atlantique Nord qui instaure la solidarité défensive en cas d’attaque d’un de ses membres semble avoir été mis au second plan pour faire place à un droit d’ingérence dans les affaires intérieures d’États n’en faisant pas partie. Quitte à utiliser la désinformation pour justifier une intervention militaire ou des révolutions « de couleur ». Mais l’empire états-unien agit avec la maladresse née de la méconnaissance des données de l’Histoire et de la géographie des régions qu’il se plaît à précipiter dans le chaos. Tout cela avec un moralisme de façade écœurant. Dans son livre Les Conséquences politiques de la paix, Jacques Bainville soulignait deux traits dominants du traité de Versailles : « Un caractère moral prononcé, car il est facile de mettre des lieux communs de moralité à la place du raisonnement politique qui exige un effort intellectuel et une préparation particulière. Ensuite un caractère économique non moins accusé et qui s’accorde avec le moralisme puritain. » Rien de nouveau sous le soleil. Mais chacun connaît la suite des traités de 1919 !

7794 vues

7 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

30 commentaires

  1. Une analyse rigoureuse, que je partage, ayant été un témoin privilégié avec 2 missions au sein de la KFOR.

  2. Merci monsieur Buffetaut de cet excellent rappel.La prochaine fois vous voudrez bien nous faire un écrit sur la Bosnie-Herzégovine, autre brûlot dans ces Balkans. Toujours se rappeler les paroles du chancelier Bismarck concernant cette région.

  3. Kosovo, Lille,Roubaix,Tourcoing,Saint Denis etcétéra même situation à des moments de maturation différents.

    1. C’est évident, mais combien de Français ont conscience de ce problème ? Quant aux politiques, mieux vaut ne pas en parler !

      1. Beaucoup de Français ont conscience de ce problème mais l’individualisme (la peur?) laisse « aux autres » le soin de régler la situation, histoire de ne pas être accusé « d’anti » quelque chose.

  4. L’OTAN , entre les mains des USA , a le chic pour manipuler les consciences par la productions de preuves sans fondement . L’Ukraine est aujourd’hui l’objet des mêmes falsifications .

    1. A propos de l’Ukraine je repense au renversement Ceausescu. Tous ces morts que l’on nous montrait à la télé. Ce fut vraiment une belle intoxication. Certes le dit dictateur a bien mérité ce qui lui est arrivé mais méritions nous d’être manipulés à ce point ?
      J’ai bien peur que pour l’Ukraine ce soit la même chose. Nous allons le payer cher et les Ukrainiens aussi. Mais les USA veulent se refaire la cerise avec la complicité imbécile des dirigeants européens dont le nôtre.

      1. « Mais les USA veulent se refaire la cerise avec la complicité imbécile des dirigeants européens dont le nôtre. » Il n’y a nulle complicité imbécile dans leur comportement, mais uniquement une obéissance aveugle et absolue.

  5. Encore une fois, comme en Irak, en Ukraine et ailleurs, ce sont les USA qui ont semé la pagaille, Poutine ne fait rien d’autre que ce que font les USA à travers le monde depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

    1. Primo: Le réveil de l’ex-guerrier qui n’avait rien compris dans le feu de l’action.
      Secundo : Non ! Poutine ne fait pas comme les US : Il défend sa terre ancestrale et ses frontières, lui ! Il se protège Rien à voir avec agresser semer la pagaille de par le monde .

    2. Vous pourrez metre Poutine sur le meme plan que les USA le jour ou les Russes destabilliseront la Californie et le Nouveaux Mexique au profit des Mexicains.

  6. Les américains, criminels de guerre, ont fait de l’Europe leur terrain de jeux ! Ils déstabilisent l’Europe aux frontières de l’Est et sème le trouble avec Taïwan , ils sont entrain de déstabiliser le monde entier pour leurs propres intérêts !

  7. Mais certains territoires situés dans l’hexagone à la pointe ouest de l’Europe ne sont-ils pas de fait des « petits » kosovo. Si l’ONU y faisait un référendum, sur le fondement des peuples à disposer d’eux-mêmes, nul doute que cet hexagone serait morcelé en une multitude de territoires « certain » plus peuplé que le Kosovo et contenant aussi le fondement de la royauté capétienne.

    1. Connaissez vous un gouvernement de quelque pays soit il, qui prête la moindre intention aux désir de son peuple de disposer de lui même, qu’est la simple démocratie, et surtout pas les états unis, le suffrage universelle en étant un des outils déviés de son fondement. Exemple la détermination des criméens.

    2. Si vous pensez à la Bretagne par exemple, c’est que vous ne connaissez pas le sujet. Les autonomistes (toutes nuances confondues, de droite comme de gauche) ne récoltent jamais plus de 2% des voix dans cette région et ce, depuis des décennies. La Bretagne n’a rien d’un potentiel Kossovo.

      1. Non, non je ne pense certainement pas à la Bretagne (où j’ai fait mes études) , ce n’est pas en Bretagne qu’il y a les dépouilles des rois capétiens. Je pense aux territoires perdus de la république et notamment au Nord de la capitale, capitale des rats d’ailleurs puisqu’il y à là bas plus de rats que d’habitants

  8. En moins d’un siècle, le Kosovo serbe et orthodoxe est devenu albanais et musulman. C’est le sort qui guette la France et c’est bien parti pour!.

  9. Rien de nouveau sous le soleil , c ‘est vrai ,mais ce qui passait à une certaine époque ne passe décidément plus : les Américains ayant fait preuve au fil des années non seulement d ‘ une main mise sans scrupule sur le monde en fonction de leurs intérêts mais aussi , ce faisant , de dégâts irrémédiables ,devenant ainsi les plus grands exportateurs de guerre au monde ; la guerre en Ukraine en est un bel exemple ;
    Encore une fois , un article très instructif et finement observé de Monsieur Buffetaut

    1. Depuis 5 mois l’empire américain et l’OTAN sont confrontés à une violente résistance en Ukraine et par contagion un peu partout dans le monde, de l’Arabie Saoudite à la Bolivie, en passant par, le Brésil, l’Argentine, l’Egypte, l’Iran, la Turquie, l’Algérie, l’Afrique du sud…….sans oublier bien sûr, les poids lourds : la Chine, l’Inde et la Russie. Tous ces pays veulent adhérer aux Brics, quand ils n’en sont pas déjà membres et ils ne veulent plus utiliser l’arme de la domination américaine, le dollar, et commencent à affronter les supplétifs de l’empire en Ukraine et à Taïwan. Nous sommes à un point de basculement géopolitique; le temps de l’hégémonie américaine incontestée est révolu.

      1. En parfait accord avec vous, le bâtiment de l’alliance onusienne tremble de plus en plus et le moment de sa chute se rapproche. La question est de savoir ce qui va être réutilisable dans les décombres.

  10. Je me souviens de la télévision française répétant les Fake news américaines, avec reporters sur place décrivant tous ce qu’ils avaient vu… Mais qui s’est avéré être totalement inventé.

  11. « Ils » vont remettre ça ? et Kouchner/BHL sont encore dans le coup ? Non , mais , faut arrêter ça illico : Les ravis/béats/aveuglés, idiots utiles de 1992 à 1999 savent où s’informer désormais ! ( surtout s’ils causent anglais fluide )

    1. C’est certain, mais il ne faut pas oublier les dividendes que touchent certains pour leur adhésion à la caste et l’aveuglement idéologique d’autres à s’emmurer dans leur point de vue.

  12. En 2003 j’étais en mission au nom de la KFOR. Avec mon unité nous étions aux premières loges à Mitrovica pour constater la main mise des USA à coups de moraline, et surtout les conditions misérables des Serbes dans les enclaves mais qui dans la dignité caractérisée des Slaves, nous accueillaient à bras ouverts. Forcément nous avions une culture européenne et chrétienne en commun. Ce qui m’avait le plus marqué ce fut également la main mise de l’Arabie Saoudite qui avait pignon sur rue pour installer des écoles wahhabites, un nombre croissant de barbus d’Al quaida aux portes de l’Europe. Bref un pseudo état vérolé par la mafia et l’islamisme.

    1. Même constat en 2002. Je me souviens d’une rencontre avec un vieux serbe qui nous racontait les bombardements derrière chez lui dans Mitrovica nord. Le dimanche nous allions lui rendre visite et avec une slivo, alcool local, il nous montrait des coupures de journaux de 1940 -45 de la guerre et son admiration pour la France et De Gaulle. France qui comme les autres les ont trahi.

      1. Honte à la France pour avoir écrasé sous ses bombes nos meilleurs amis qu’étaient alors, mais ne sont certainement plus, les Serbes, pour complaire aux faucons américains. Et ça continue aujourd’hui ailleurs. Il est urgentissime de nous désengager de l’OTAN, machine infernale américaine.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter