Comme en 2019, le gouvernement se prend les pieds dans le tapis des retraites, y compris sur un chapitre du dossier sur lequel il ne pensait pas rencontrer de réelle : celui du transfert à l’URSSAF – c’est-à-dire à l’État – du prélèvement des cotisations de l’Agirc-Arrco, régime complémentaire des salariés du privé, qui aujourd’hui assume lui-même cette tâche.

Prévue dans le projet de loi pour le financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2020, cette mesure, qui devait à l’origine s’appliquer dès le 1er janvier 2022, a d’abord été repoussée d’un an et n’entrera finalement en vigueur que le 1er janvier 2024 – si elle n’est pas abandonnée. Dans la nuit du 7 au 8 novembre, le l’a purement et simplement annulée, par 302 voix contre 28 ! Le gouvernement a toujours la ressource de passer en force, en recourant au besoin à l’article 49-3. On peut penser qu’il le fera, mais à un prix politiquement élevé.

Pour justifier ce transfert, l’État invoque la nécessité de simplifier le système et de réaliser des économies d’échelle, mais ces alibis ne résistent pas à l’examen. Comme l’a souligné le député Thibault Bazin (LR), rapporteur d’un amendement déposé le 4 octobre dernier à l’Assemblée nationale, « séparer le recouvrement du service des pensions, c’est prendre le risque de dérèglements sévères dans ce service, au détriment des ressortissants du régime ». Ce risque est d’autant plus élevé que le fonctionnement, par points, de l’Agirc-Arrco ne procède pas de la même logique que celui, par annuités (trimestres cotisés), du régime général (CNAV), dont l’URSSAF prélève déjà les cotisations.

Derrière ces alibis, le but réel de l’État est de prendre la main sur des cotisations qui représentent quelque 87 milliards d’euros par an sans que l’Agirc-Arrco ne puisse exercer de contrôle. Cette captation suscite des inquiétudes d’autant plus légitimes que les déclarations de responsables gouvernementaux laissent craindre un détournement de ces fonds, à d’autres fins que celles pour lesquelles ils sont prélevés. Au mois de juin dernier, Olivia Grégoire, alors porte-parole du gouvernement, avait déclaré que les économies réalisées à la faveur de la réforme des retraites (report de l’âge de départ à 64 ou 65 ans) pourraient servir à « dégager des marges de manœuvre pour financer le progrès dans notre pays et un meilleur accompagnement de nos concitoyens » et à « financer les réformes à venir du prochain quinquennat ». Ce qui vaut pour la réforme des retraites vaudra pour le transfert des cotisations de l’Agirc-Arrco : une fois qu’il contrôlera cette manne, l’État, habitué à pratiquer la des vases communicants, sera tenté de l’utiliser pour réduire le déficit du régime général ou celui, chronique, des régimes spéciaux du secteur public. Comme le souligne l’association Sauvegarde Retraite, initiatrice au début de l’année 2021 d’une pétition contre ce projet qui avait recueilli des dizaines de milliers de signatures, « ce siphonnage reviendrait à "punir" ceux qui ont consenti le plus d’effort pour que leur régime soit financièrement équilibré ».

En effet, le budget de l’Agirc-Arrco est équilibré – comme la loi y oblige ses gestionnaires -, mais ce résultat a eu pour corollaire une baisse sensible du rendement de ce régime depuis 1990. Moyennant quoi, il a pu constituer des réserves, qui se montent à 61 milliards d’euros en 2022 et sur lesquelles l’État jetterait volontiers sa griffe. Pour y parvenir, celui-ci devrait toutefois parvenir à fusionner les régimes, complémentaire et de base, des salariés du privé, c’est-à-dire l’Agirc-Arrco avec la CNAV. Ce projet est dans les tuyaux de Bercy et il pourrait aboutir d’autant plus facilement que l’Agirc-Arrco, volontiers décrite par les « partenaires sociaux » qui sont censés le gérer comme un organisme « privé », est en réalité depuis longtemps sous la tutelle de l’État. Reste à savoir si ses treize millions d’affiliés accepteront d’être les dindons de la farce.

11884 vues

13 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

41 commentaires

  1. Est ce que les français descendront dans la rue ?? Ils sont trop habitués a avaler des couleuvres…On peut être inquiet!

  2. La même menace plane sur la La Caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL) qui gère les retraites d’un million de professionnels libéraux (dix sections, seuls les avocats relèvent d’une structure spécifique). Comme l’AGIRC-ARRCO, la CNAVPL tient bien ses comptes, elle respecte toutes les mesures imposées par l’Etat (qui assure la tutelle, comme de bien entendu), en particulier l’impératif des réserves (payées comme les autres cotisations par les futurs prestataires), et l’équilibre est au rendez-vous. Mais comme ces cotisations, comme ces réserves, sont tentantes pour un Etat dispendieux et toujours aux abois! Laisser mettre la main sur cet argent serait tolérer un véritable hold up. On ne peut laisser l’Etat s’égarer à ce point.

  3. La macronie ne sait plus quoi inventer pour détruire nos institutions.
    On va laisser faire indéfiniment ???…

  4. En remontant dans l’Histoire (la grande !), il y a déjà eu une immense captation de capitaux (celle du roi Philippe LE BEL au détriment de l’ordre religieux-militaire des Templiers). A cette époque, les caisses de l’Etat étaient vides (déjà !) et la fortune amassée par les Templiers grâce à leur BONNE GESTION de leur patrimoine et de l’argent qui leur étaient confiés étaient Très tentantes par un pouvoir inconséquent.

  5. Ah, le « progrès social » dans la bouche de LREM et de ses supplétifs de l’ultra-gauche, c’est tout un poème ! Leur progrès social, c’est subventionner des ONG négrières, des associations islamistes, indigénistes, wokistes, écologistes, LGBT. C’est encore financer des entreprises de nettoyage social, de dératisation intellectuelle, de déboulonnage, de déconstruction, de démolition, de minage et de sape de tout un tissu social, d’une culture, d’une civilisation, d’une Nation tout entière. Rien que ça !
    Ces progressistes sociaux sont en fait nos fossoyeurs.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter