Quelle image les Français donnent-ils aux étrangers qui viennent visiter leur pays ? Apparemment pas très reluisante, à en croire le groupe Condé Nast qui vient de publier ses classements annuels des destinations touristiques. Parmi eux figure le top 10 des villes les moins agréables du monde. Cannes est "vice-championne du monde", si l’on peut dire, derrière Johannesburg. est quatrième et cinquième. Trois villes françaises dans le top 5. Dans n’importe quel sport, on pourrait s’en réjouir, mais dans ce domaine, ça dépasse l’entendement !

D’autant que les commentaires, qui viennent des touristes eux-mêmes, sont très acerbes. À propos de Cannes, ils disent que c’est une ville « à oublier », un « Las Vegas européen », avec des autochtones pas très amicaux. en prend aussi pour son grade : des habitants « impolis » et « qui n’aident personne ». ne fait pas mieux : ce qui inquiète les touristes, ce sont les pickpockets, qui confèrent à la ville une « atmosphère menaçante ». En somme, ces trois villes résument tous les problèmes et travers que les Français n’aiment pas eux-mêmes, qu’ils connaissent parfaitement mais qu’ils paraissent incapables de régler : l’insécurité, le mépris voire l’indifférence, la désinvolture…

Pourquoi donc n’aimons-nous pas ceux qui viennent dépenser leur argent chez nous ? Car le plus paradoxal est que la reste toujours la première destination touristique au monde ! Bon an, mal an, nous accueillons chaque année plus de 75 millions de touristes. En 2012, nous avons atteint 86 millions. Tous ces touristes dépensent plus de 40 milliards d’euros par an chez nous. L’équivalent de plus de 265 Airbus A380 à 150 millions d’euros pièce.

Oui, nous faisons rêver l’étranger pour nos paysages, notre gastronomie, notre histoire, nos châteaux, notre art de vivre... Nous les faisons rêver aussi par nos prestations sociales, notre généreuse solidarité, notre empathie pour la misère du monde, nos droits de l'homme... On remarquera que ceux qui ont légalement les moyens de venir en France en repartent. Ceux qui n’ont pas les moyens y restent… Mais c’est un autre débat.

Le Français radin et râleur, qui passe ses nerfs et sa mauvaise humeur sur des touristes parce que son hôtel n’est pas plein, que le touriste français ou étranger ne dépense pas assez, peut-il changer d’attitude ? Ce serait une bonne chose. Comme on dit pudiquement dans les ressources humaines, « il reste encore une grande marge de progression ». On peut toujours se consoler en se disant que Paris, Cannes et ne sont pas que la France. Il reste d’autres contrées à découvrir. Reste qu’un sourire, parfois, ça peut rapporter gros !

60 vues

10 août 2014

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.