Jacques Toubon, nommé par François Hollande, le 16 juillet 2014, Défenseur des droits – titre qui, de prime abord, ne renseigne guère quant à ses champs d’application pas plus que sur les personnes concernées – vient de dénoncer, lors de sa visite au Camp des Milles, à Aix-en-Provence, les propos sur les réseaux sociaux poussant « à une entreprise de racisme, de xénophobie, d’antisémitisme ou d’islamophobie (…) » Et le responsable de ce « terreau », selon monsieur Toubon, c’est… Dieudonné.

Pour un humoriste capable de réunir dans une même salle, pour rire des mêmes blagues antisémites, un public venu de tous horizons : des Arabes, des Noirs, des Blancs, des jeunes des cités, des électeurs de gauche – issus de la classe moyenne et politiquement modérés – d’extrême gauche, d’extrême droite, des racistes, des antiracistes, des antisémites et des antisionistes, écrivait le journal Le Monde, en janvier 2014, semblable assertion ne laisse pas de surprendre. Dieudonné, un humoriste qui rassemble autant de diversités ethniques, sociales et religieuses – et même si, très minoritaires, des juifs aussi – comme aucun homme et aucune femme depuis bien longtemps n’y est parvenu, il y aurait de quoi susciter l’envie, sinon la jalousie.

« Un Dieudonné est condamné mais il y a des milliers de petits Dieudonné qui pensent des choses, qui disent des choses », explique le Défenseur des droits.

En effet, non seulement monsieur M’bala M’bala pense des choses et en fait même les principaux sujets de ses spectacles, mais il exporte sa vision du monde depuis des contrées lointaines. De l’Iran, en particulier, où novembre 2009 marquera une rencontre d’une heure avec le président de l’époque, Mahmoud Ahmadinejad, un ultra-conservateur qui prophétise la conquête de l’islam dans le monde.

En Iran, encore, où, en 2011, il accordera une interview à une chaîne iranienne, au cours de laquelle il ne tarira pas d’éloges sur la religion très majoritairement mahométane de ce pays. Au point de prôner « l’arrivée des valeurs islamiques partout dans le monde », de vanter « l’islam ouvert et moderne » , de le définir comme « le respect » et d’appeler les chrétiens à se convertir. Islamophobe, Dieudonné ?

Manuel Valls ne tenait-il pas des propos similaires, qui décrivait, au mois de juin 2014, l’islam comme une religion « de tolérance, de respect, de lumière et d’avenir » ? Et Jean-Marc Ayrault, participant à la célébration de la fête de l’Aïd, en octobre 2013, à la mosquée de Paris, ne parlait-il pas de l’islam rassemblant « les hommes et les femmes autour d’un message de paix et de concorde » ?

Mais alors, et Manuel Valls seraient-ils… islamophobes ?

« Des milliers de petits Dieudonné qui pensent et disent des choses » : et si Jacques Toubon avait raison ?

27 octobre 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.