Le revirement démago de Sarko à propos de la loi Taubira fait penser à un pochetron lunaire qui se serait éclaté le crâne sur un réverbère trop sec. Emporté par la houle des gorges déployées, Sarko a trahi une partie de ses légions. Sabre en plastique en main, les petits Zorro ont voulu dégonfler le sergent Garcia. Piquer dans le ventre. Pendant qu'une immense majorité des Français applaudissaient la sortie de l'ex-chef de l'État (« On va l'abroger, cette loi »), il y en a eu, de la révolte dans les colonnes et sur les plateaux. Autant dire sur Pluton.

Charles Consigny, dans Le Point (article du 18 novembre), a décroché le pompon frelaté du ridicule et de l'abject. Vexé, abandonné en rose campagne par son idole, Consigny a fait sa chochotte, et est devenu brutal. Le de cire tombe, tel un visage pétrifié à la Renaissance dont on découvre les sombres traits à la lueur des bûchers. Ceux qu'il voudrait rallumer. Petrus Christus aurait pu peindre le jeune exalté. Les couleurs eussent pu en pleurer !

Selon le Joinville des « Grandes Gueules », il devrait être interdit de ne pas penser comme Consigny. Avec la gent bobogay, on avait l'habitude de cette mesure soviétoïde de la liberté. Je goulague, donc je suis. On savait qu'on risquait de flamber dans un nouveau Bazar de la Charité. Mais là où le garçon devient infâme - si j'ose dire –, c'est lorsqu'il insulte les adversaires du mariage gay : « Leurs arguments alambiqués sur le vivre ensemble, la ou je ne sais quelles valeurs ne sont que le paravent de cette obsession, et il n'est pas du niveau d'un homme d'État de céder, pour des considérations électorales, aux revendications haineuses de quelques arriérés. »

Des « arriérés ». Le mot est lâché. Enfin. Voilà ce que sont, aux yeux de la minorité bobogay, les millions de gens qui ont défilé dans tout le pays. La majorité silencieuse - « quelques » pour Consigny - n'est donc bonne qu'à rééduquer, et encore, pense l'ex-pole pote de Sarkozy.

Dans la même veine de cette insupportable Inquisition en tutu, les propos de Jean-Luc Romero lors du "Grand Journal" de Canal+. L'ancien UMP, néo-PS, a expliqué aux spectateurs qu'il « était impossible de revenir » sur le mariage homo. Parce que le l'empêcherait, parce que ce serait l'instauration d'un « régime d'apartheid en France ». La grossièreté de ces envolées, l'excessive posture du Mandela ressuscité en militant gay, tout fait que la cause ultra- du mariage homo n'aboutit qu'à la cohue mentale. Une poignée d'extrémistes obsédés par leurs pratiques sexuelles a perdu tout sens commun. Le peuple veut le maintien de certaines institutions parce qu'elles sont des balises dans un monde déchaîné. Un repère. Une protection. La haine des bobogays finira par faire ressortir les pires souvenirs de l'homophobie véritable. Quel triste retour de bâton pour Consigny et les siens !

20 novembre 2014

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.