Surplus de migrants en Allemagne : pour qui le bon grain ? Pour qui l’ivraie ?

La chancellerie allemande a lancé ses panzers à travers l’ : les bataillons de sa Légion étrangère “made in Proche-Orient”, à peine enregistrés, sont envoyés dans les pays voisins. Ne serait-ce point pour détruire leurs économies ? Première servie : la France !

Sous couvert de « c’est moi la plus humaine, la plus accueillante, j’ouvre grands les bras à tous les réfugiés », Angela Merkel ne s’est pas seulement offert un coup de pub, elle a certainement calculé les bénéfices à tirer d’un tel « élan humanitaire » !

Ce n’est qu’une hypothèse, mais n’aurait-elle pas profité de l’émotion née de la photo du malheureux Aylan pour annoncer haut et fort l’ouverture sans contrôle de ses frontières ? Ce qui, d’ailleurs, n’a pas tenu une semaine face à l’afflux créé par son « si généreux » appel…

En décidant cet accueil massif, soit Mme Merkel est une « responsable irresponsable », soit elle est un chef d’État rompu à toutes les manœuvres et connaissant parfaitement tous les arcanes, même les plus emberlificotés, des affaires internationales ! Parions évidemment, pour la seconde proposition, de cette alternative. Donc, Mme Merkel savait très bien en « ouvrant grands les bras » qu’elle ne pourrait accueillir qu’un nombre restreint de réfugiés et, de ce fait, savait parfaitement qu’ainsi, dès qu’elle dirait « je suis débordée », elle pourrait légitimement forcer les autres pays à « éponger le trop-plein ». Ce qu’elle fit, d’ailleurs, dès la première nuit par cars entiers en direction de quel pays ? Mais de la France du bon Môôôssieur Hollande, pardi !

Mme Merkel agit comme la propriétaire d’une villa cossue qui, voyant des SDF dans sa rue, en héberge un. Le lendemain, il vient avec sa copine. Le surlendemain, la copine vient avec ses enfants et, au bout d’une semaine, la villa est pleine à craquer. La « bonne âme » va alors frapper chez ses voisins plus modestes et leur intime l’ordre d’héberger certains de « ses » étrangers ! Bien entendu, elle gardera chez elle les plus intéressants : cultivés, instruits, bien élevés, travailleurs… Et refilera à ses voisins le rebut : incultes, ignares, fainéants, violents…

N’est-ce point ce qu’elle risque de faire avec ses voisins européens ?

Lors de l’enregistrement des réfugiés, un fonctionnaire peut, en un bref entretien, se rendre compte si tel réfugié est intéressant pour l’économie nationale ou non. Ensuite, selon la parole biblique, l’administration pourra faire le tri : le bon grain – informaticiens, scientifiques, universitaires, et j’en passe, plutôt non musulmans – pourra être engrangé en et l’ivraie – les sans instruction, sans qualification, bref les « sans-dents » surtout musulmans et/ou suspects d’islamisme – sera offerte généreusement à tous les pays qui, niaisement, se montreront fiers de recevoir un tel présent de « la femme la plus puissante du monde », selon Forbes… Et M. Hollande sera le premier à humer le bouquet d’ivraies… Yeux écarquillés et sourire béat…

À lire aussi

Maltraitance : 30 enfants mourront lors des fêtes de Noël : qui s’en soucie ?

Les associations d’aide à l’enfance maltraitée ont une voix qui porte moins loin, qui semb…