Sur Twitter, Elon Musk déclare la guerre à la novlangue transgenre 

genre

Les cartes sont rebattues. Si Twitter a longtemps été aux mains des progressistes, l’arrivée d’Elon Musk à la tête du réseau social, à l’automne 2022, change les règles du jeu. Après avoir rétabli de nombreux comptes censurés, le milliardaire américain vient d’annoncer, ce 21 juin, sa volonté de mettre fin aux insultes et tentatives d’intimidations des transactivistes. « Un harcèlement répété et ciblé contre n'importe quel compte fera en sorte que les comptes harcelants recevront, au minimum, des suspensions temporaires », prévient-il. Avant de préciser : « Les mots "cis" ou "cisgenre" [selon le vocabulaire transgenre, personne dont l’identité de genre correspond à son sexe biologique, NDLR] sont considérés comme des insultes sur cette plate-forme. »

Tout commence par une interpellation. Sur Twitter, ce 20 juin, James Esses, un thérapeute britannique hostile à la théorie du genre, pour avoir assumé « rejeter le mot cis » et ne « pas souhaiter être appelé ainsi », explique être devenu la cible des activistes trans et avoir reçu une multitude d’insultes. Dès le lendemain, Elon Musk lui apporte son soutien et annonce la possible suspension des utilisateurs qui emploient le vocabulaire trans pour harceler leurs opposants. Du côté des militants de la cause trans et de la bien-pensance, cette déclaration suscite une vague réprobation. Le mot-dièse #CisisNotaSlur (#CisnestPASuneInsulte) devient une tendance sur le réseau social à l’oiseau bleu. De nombreuses voix s’insurgent contre ce possible risque de « censure ». De l’autre, anonymes et personnalités saluent la prise de position courageuse du fondateur de Tesla en faveur de la « réalité ».

Un déni de réalité

Car au-delà de la question de la modération et de la liberté d’expression sur Twitter, cette sortie d’Elon Musk rappelle l’emprise du transactivisme sur le langage. La catégorie « cisgenre », apparue au milieu des années 2010 dans les dictionnaires anglo-saxons et seulement en 2021  Le Robert, remet en cause les fondements même de la biologie. Il n’y a désormais plus d’homme ni de femme, mais des « cisgenres » et des « transgenres ». Pire encore, ce nouveau concept qui ne repose que sur un ressenti et non plus sur la physiologie induit l’idée que l’identité de genre n’est pas éternelle et peut changer à tout moment. Comme le résume J. K. Rowling, régulièrement prise à partie par les militants de la cause LGBT« "cis" est un langage idéologique signifiant la croyance dans le concept infalsifiable d’identité de genre ». « Vous avez parfaitement le droit de croire en des essences indémontrables qui peuvent correspondre ou non au corps sexué, mais nous autres avons le droit de ne pas être d’accord et de refuser d’adopter votre jargon », ajoute l’auteur de la saga Harry Potter. Genevieve Gluck, militante féministe canadienne, va plus loin. Selon elle, « le terme "cisgenre" valide une fiction qui nuit massivement aux femmes », en les invisibilisant.

Ce n’est pas la première fois que le nouveau lexique trans est pointé du doigt. Il y a un an, déjà, le Planning familial français s’illustrait avec la publication d’un visuel montrant « un homme enceint ». Cette même association avait, par le passé, assumé parler de « personnes ayant un utérus » dans une communication adressée aux jeunes filles. D’autres militants n’hésitent pas à remplacer le mot « femme » par « personne ayant ses règles ». Ces périphrases militantes ne sont pas sans risques. À terme, quand « cisgenre » et « transgenre » auront fini par s’imposer, le mot « femme » sera-t-il voué à être banni de la langue française ? Car comme le prophétisait George Orwell, c’est en forgeant les mots qu’on forge les esprits...

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 24/06/2023 à 14:30.

Clémence de Longraye
Clémence de Longraye
Journaliste à BV

Vos commentaires

25 commentaires

  1. Quand les ex-censureurs (à tort) se plaingnent d’être censuré, c’est à mourir de rire. Vivement le retour de Trump.

  2. Cela fait du bien d’apprendre qu’Elon Musk va au bout de ces idées et est un farouche opposé à tous ces déconstructeurs. J’ai écouté avec attention son dernier entretien avec Sophie Lapix et ai pu constater qu’une fois de plus ses propos sont trahis et déformés par les médias.

    •  » J’ai écouté avec attention son dernier entretien avec Sophie Lapix et ai pu constater qu’une fois de plus ses propos sont trahis et déformés par les médias. » Et ça vous étonne encore?

      • Pauvre Anne-Sophie Lapix, largement et grassement payée par les impôts du contribuable, elle reste une incomprise.

  3. l’appauvrissement non seulement du vocabulaire mais aussi de la conjugaison. Le voussoiement n’existe plus ; j’ai eu la surprise d’être prévenue de l’arrivée d’un colis pour un achat par correspondance de la façon suivante : plus que 6 jours pour venir chercher ton colis au point relais ****

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois